Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 03 mars |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Ancien dealer, Guillaume Bourin raconte son improbable conversion

Guillaume Bourin

Timothée Dhellemmes - Aleteia

Timothée Dhellemmes - publié le 04/09/20

Consommateur de drogue et dealer dès l’âge de 13 ans, Guillaume Bourin a tout connu : le milieu du grand banditisme, la cavale, puis la prison. Lorsqu’il sort de Fleury-Mérogis en 2003, il bascule de la haine à la contrition grâce à la visite inattendue d’un ami d’enfance qui lui dit : "Je crois que c’est Dieu qui te cherche…"

« Je ressemblais à ce sale gamin que l’on emmène en vacances, et qui préfère jouer dans une flaque de boue alors qu’il a l’océan à côté ». À 42 ans, Guillaume Bourin a plus que jamais conscience de tout le chemin parcouru, depuis son enfance chahutée en banlieue parisienne à la chaire d’une église protestante de Montréal, au Canada. Ému mais lucide, il raconte les près de dix années au cours desquelles « la tempête s’est abattue » sur lui.

« Aussi rapidement que je suis tombé dans la consommation de drogue, je suis tombé dans l’addiction au deal »

Tout a commencé à l’âge de 13 ans, lorsqu’il commence à fumer du cannabis pour combler un vide intérieur qui date de la mort de son grand-père, alors qu’il n’avait que neuf ans. Très vite, Guillaume Bourin finance sa consommation de plus en plus importante en vendant lui-même de la drogue. « Aussi rapidement que je suis tombé dans la consommation de drogue, je suis tombé dans l’addiction au deal », raconte-t-il aujourd’hui. « Mon trafic s’est complètement décuplé (…) J’étais vraiment enfoncé dans un milieu criminel beaucoup plus fort que quand j’étais devenu moi-même un drogué », ajoute-t-il.

Un soir, Joël frappe à la porte…

Dénoncé par une personne avec qui il travaillait en 2003, Guillaume Bourin entame une cavale de quelques mois. « Pendant ma cavale, je m’interroge et je me pose des questions. Je recommence à prier… » Ce questionnement intérieur, qui ne l’a finalement jamais quitté, s’intensifie encore plus lorsque Guillaume Bourin entre en prison, à la fin du mois de septembre 2003. Incarcéré avec un gitan évangélique, il lit la Bible tous les jours, et se met même à recopier des passages au mur. À sa sortie, alors qu’il vient de menacer de mort une des personnes qui l’avait dénoncé, un vieil ami évangélique, Joël, frappe à la porte. Guillaume Bourin lui raconte son désir de vengeance, mais ses prières et cette improbable attirance pour les textes bibliques. « Je crois que c’est Dieu qui te cherche… » lui souffle Joël. « Sur le moment, je n’étais pas convaincu. Mais le dimanche suivant, je suis allé à l’église », se souvient Guillaume Bourin. Ce jour-là, sa vie a basculé définitivement, au point qu’il a totalement arrêté la consommation de drogue. Depuis, il s’est marié et est devenu pasteur évangélique, à Montréal.




Lire aussi :
L’incroyable conversion d’Hermann Cohen, pianiste surdoué devenu carme

Tags:
banlieuesConversiondrogueprotestantisme
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement