Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 12 juillet |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

La nourriture de l’âme, un besoin vital

HEART

fizkes | Shutterstock

Jeanne Larghero - publié le 04/03/22

Tous les vendredis, la philosophe Jeanne Larghero éclaire les petites et grandes questions de l’existence à la lumière de l’éthique chrétienne. Elle évoque cette semaine les besoins de l’âme qui sont aussi puissants et vitaux que nos besoins physiques.

Tout le monde connaît la célèbre pyramide de Maslow, celle qui cartographie les besoins essentiels à l’être humain, en fonction de leur degré de nécessité : besoins physiques, tels que le sommeil, l’alimentation ; besoins sociaux, tels que l’éducation, besoins psychologiques et moraux comme le besoin de reconnaissance. En son temps, Épicure distinguait déjà les désirs nécessaires des désirs non nécessaires : il y a ce qui est vital, et ce qui n’est pas vital. En réalité, notre profondeur humaine dépasse largement les classifications, elle les déjoue souvent.

Affronter nos contradictions

Ce serait une erreur de croire qu’on a fait l’essentiel lorsque qu’on a procuré à quelqu’un le vivre et le couvert. Comme si on laissait à d’autres la charge de lui procurer un peu de temps gratuit, d’affection ou de reconnaissance, au prétexte qu’ils ne seraient pas de nécessité vitale. Car inversement, on saisit le scandale qu’il y aurait à assurer l’instruction de jeunes et d’enfants tout en les maintenant affamés dans des environnements totalement insalubres. Et pourtant, les révélations récentes portant sur les faits de maltraitance dans certains établissements pour personnes âgées nous obligent à affronter nos contradictions. Reconnaissons que les besoins de l’âme sont aussi puissants et vitaux que les besoins physiques. Ils ne viennent pas après, ils ne se superposent pas, ils sont exactement du même ordre, celui de la nécessité. 

Les cruautés du conquérant

Simone Weil rappelait que ces besoins de l’âme sont aussi nécessaires que la nourriture pour le corps. Elle affirme avec force : 

Toutes les cruautés qu’un conquérant peut exercer sur des populations soumises, massacres, famines organisées, mise en esclavage ou déportation massives, sont généralement considérées comme des mesures de même espèce, quoique la liberté ou le pays natal ne soient pas des nécessités physiques. Tout le monde a conscience qu’il y a des cruautés qui portent atteinte à la vie de l’homme sans porter atteinte à son corps.

Lorsqu’une âme est sans nourriture, l’être humain tombe dans un état plus ou moins analogue à la mort. Ainsi sachons reconnaître cette nourriture qui comble les désirs profonds du corps et de l’âme, de la personne tout entière : offrir un toit en même temps que la liberté, apporter du soin tout autant que du respect, donner du pain, du chauffage et de l’amitié.

Tags:
ÂmeSpiritualité
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-POP.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement