Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 02 décembre |
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

La phrase que répétait sainte Thérèse lorsqu’elle se sentait seule

Therese of Lisieux

MYCHELE DANIAU | AFP

Philip Kosloski - publié le 30/09/22

La vie de sainte Thérèse de Lisieux n'a pas toujours été facile et, bien qu'entourée par une famille aimante, elle se sentait souvent seule et luttait contre la dépression. Une phrase, apprise dans son enfance, l'aidait à tenir.

Bien qu’entourée par ses amis et sa famille, sainte Thérèse de Lisieux a éprouvé dans son enfance et lors de sa vie au monastère une profonde solitude. Un sentiment qu’elle explique dans Histoire d’une âme et auquel elle a fait face en méditant régulièrement sur une phrase :

La vie est ton navire et non pas ta demeure !

La vie de la petite Thérèse n’a en effet pas toujours été facile et, même si elle était souvent entourée de membres de sa famille aimants, elle se sentait souvent seule et luttait contre la dépression. La grande timide qu’elle était n’avait pas beaucoup d’amis, prenant Jésus pour seul ami. Ce qu’elle raconte avec sincérité dans Histoire d’une âme :

Étant sortie avant d’avoir achevé mes études, je n’avais pas la permission d’entrer comme ancienne élève ; j’avoue que ce privilège n’excitait pas mon envie, mais en pensant que toutes mes sœurs avaient été « enfants de Marie », je craignis d’être moins qu’elles l’enfant de ma Mère des Cieux, et j’allai bien humblement (malgré ce qu’il m’en coûtât), demander la permission d’être reçue dans l’association de la Sainte Vierge à l’abbaye. La première maîtresse ne voulut pas me refuser, mais elle y mit pour condition que je rentrerais deux jours par semaine l’après-midi afin de montrer si j’étais digne d’être admise. Bien loin de me faire plaisir cette permission me coûta extrêmement ; je n’avais pas, comme les autres anciennes élèves, de maîtresse amie avec laquelle je pouvais aller passer plusieurs heures ; aussi je me contentais d’aller saluer la maîtresse puis je travaillais en silence jusqu’à la fin de la leçon d’ouvrage. Personne ne faisait attention à moi, aussi je montais à la tribune de la chapelle et je restais devant le Saint-Sacrement jusqu’au moment où Papa venait me chercher, c’était ma seule consolation, Jésus n’était-Il pas mon unique ami ?

C’est dans ces moments-là que Thérèse confie avoir été soutenue par une phrase issu d’un poème de Lamartine que son père, saint Louis Martin, lui avait appris lorsqu’elle était enfant :

Ah ! c’était bien pour la Sainte Vierge toute seule que je venais à l’abbaye… parfois je me sentais seule, bien seule ; comme aux jours de ma vie de pensionnaire alors que je me promenais triste et malade dans la grande cour, je répétais ces paroles qui toujours faisaient renaître la paix et la force en mon cœur : « La vie est ton navire et non pas ta demeure !… » Toute petite ces paroles me rendaient le courage ; maintenant encore, malgré les années qui font disparaître tant d’impressions de piété enfantine, l’image du navire charme encore mon âme et lui aide à supporter l’exil… La Sagesse aussi ne dit-elle pas que « La vie est comme le vaisseau qui fend les flots agités et ne laisse après lui aucune trace de son passage rapide?… » Quand je pense à ces choses, mon âme se plonge dans l’infini, il me semble déjà toucher le rivage éternel… Il me semble recevoir les embrassements de Jésus… Je crois voir Ma Mère du Ciel venant à ma rencontre avec Papa… Maman… les quatre petits anges… Je crois jouir enfin pour toujours de la vraie, de l’éternelle vie en famille… »

Cette phrase, qui a réconforté et accompagné sainte Thérèse tout au long de sa vie terrestre dans les épreuves et les doutes, s’adresse à chacun. La méditer peut aider à « supporter l’exil de cette vie », sachant qu’un jour, toutes nos larmes seront essuyées et que nous serons embrassés par tous nos proches dans la vie éternelle à venir.

Tags:
DieuPrièresolitudeThérèse de Lisieux
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement