Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 16 juillet |
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Un prêtre peut-il démissionner ?

AUBE-PRETRE-CROIX.jpg

Sebastien Desarmaux I Godong

Mathilde de Robien - publié le 29/01/23

La décision de quitter le ministère sacerdotal, annoncée par le père Christophe Chatillon, recteur de la cathédrale d’Orléans, le samedi 28 janvier, interroge sur la possibilité de "démissionner" en tant que prêtre ordonné.

Ordonné prêtre en 1999 à l’âge de 29 ans, le père Christophe Chatillon était depuis six ans et demi curé-doyen du centre d’Orléans et recteur de la cathédrale. Dans un mail adressé à ses paroissiens et confrères prêtres, il fait part de sa décision de “quitter le ministère” en raison d’une charge pastorale devenue “de plus en plus lourde à porter, physiquement, moralement, et même spirituellement”. Il confie avoir “trouvé le réconfort auprès d’une amie” qui, au fil des mois, a pris une place de plus en plus importante dans sa vie. “Et aujourd’hui je ne peux pas envisager l’avenir sans elle. (…) C’est pourquoi, après avoir pris le temps du discernement, et ne voulant pas m’enfermer dans une double vie, en accord avec le Père Blaquart (Mgr Jacques Blaquart, évêque du diocèse d’Orléans, ndlr), je fais librement le choix de quitter le ministère”.

Un choix qui s’est déjà vu par le passé, de manière marginale et pour des raisons diverses. En 2017, un curé charismatique d’une paroisse de Lyon, David Gréa, avait quitté la soutane pour se marier. Plus récemment, en décembre 2021, Patrick Gorce, ex-curé-doyen de Morez (Jura), avait annoncé sa démission tout en révélant avoir été victime d’agressions sexuelles dans l’Église lorsqu’il était mineur. Par ailleurs, un document de la Congrégation pour le clergé prévoit une “dispense des obligations de l’état clérical” dans l’éventualité où un prêtre deviendrait père, ceci en vertu du principe fondamental du bien de l’enfant. Pour des motifs graves, une démission peut aussi être imposée et le prêtre déchargé de ses fonctions ou interdit de les exercer.

Si un prêtre peut ainsi, par sanction ou à sa demande, abandonner son ministère, “il ne peut plus redevenir laïc au sens strict”, souligne cependant le Catéchisme de l’Eglise catholique (paragraphe 1583), “car le caractère imprimé par l’ordination l’est pour toujours. La vocation et la mission reçues au jour de son ordination le marquent d’une façon permanente”. Tout comme le baptême et la confirmation, la grâce du sacrement de l’ordre revêt un caractère indélébile : “Cette participation à la fonction du Christ est accordée une fois pour toutes. Le sacrement de l’Ordre confère un caractère spirituel indélébile et il ne peut pas être réitéré ni être conféré temporairement”.

Il convient de ne pas confondre la reconduction d’un prêtre à l’état laïc et la renonciation d’un évêque à sa charge, appelée communément “démission”. Le Code de droit canonique prévoit en effet deux cas dans lesquels un évêque doit présenter sa renonciation : soit le jour de ses 75 ans, soit pour “raison de santé ou pour toute autre cause grave”, l’empêchant de “remplir convenablement son office”. Cela ne signifie pas son renvoi de l’état clérical.

Tags:
Prêtre
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-1.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement