Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 22 juillet |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Les “Tondutins” niçois se multiplient

trois-fois-par-an-les-tondutins-partent-pour-un-week-end-spi.jpg

Baptiste Berard - publié le 28/06/16

Ce foyer méridional n'a pas fini de vous étonner !

Ce vendredi matin, la cloche de l’église du Vœu à Nice sonne sept heures. Certains sont déjà arrivés dans la chapelle pour les laudes et prient depuis un moment. D’autres, un peu plus retardataires, arrivent pile à l’heure pour ouvrir leur bréviaire. “C’est quelle semaine déjà ?” chuchote l’un des jeunes à son voisin, un peu perdu dans le livre de prières.

Ils sont sept étudiants, tous venus d’horizons différents et forment la communauté des Tondutins sur cette paroisse des jeunes (NDLR : le foyer étant situé rue Tonduti de l’Escarène, il a trouvé son nom ainsi). Pour un an renouvelable, ils habitent au sein du presbytère entourés par trois prêtres, et notamment par le père Régis Peillon, aumônier des étudiants de Nice. “Ce foyer est une mise en œuvre du synode de 2009 pour impliquer les jeunes dans une vie de prière régulière. Ils vivent durant une année au rythme des laudes, messes, mais aussi des week-end spi.”

Mais pas question de trop se reposer et de laisser couler le temps. Chaque tondutin est missionné par l’évêque de Nice pour remplir un service dans la pastorale des jeunes. “Je m’occupe de l’accueil des nouveaux à l’aumônerie” explique Gwenaëlle Robic, tondutine depuis un an. “C’est un service qui me permet de rencontrer de nouvelles personnes, et de partager ma foi !”.

À chaque déplacement de l’aumônerie, les sept étudiants sont au centre de l'organisation. © Baptiste Berard
À chaque déplacement de l’aumônerie, les sept étudiants sont au centre de l'organisation. © Baptiste Berard

Une communauté dans l’évangélisation des jeunes

“Moi je m’occupe des événements de la Bougie, l’aumônerie étudiante comme les week-end d’intégration ou le week-end ski” raconte Agathe-Marie Würz, en fin d’études de kinésithérapeute.

“Ces jeunes engagés sont des témoins, ils donnent envie aux autres de vivre une vie chrétienne en profondeur !” Entre l’aumônerie des étudiants, les messes à animer, les repas communautaires du jeudi soir ou les pèlerinages auxquels il faut “donner un coup de main”, la bande des sept est bien intégrée dans la vie de la paroisse. Pour le père Peillon, l’objectif est clair. “Ils sont là pour donner une impulsion dynamique à cette église des jeunes.”

Mais pour autant, pas question de délaisser ses études. “La réussite des partiels de chacun est une priorité ! Nous veillons ainsi à ce que la vie des étudiants soit équilibrée” Alors, pour tout concilier, “je m’organise pour réviser et avoir mes examens” explique Blanche Faivre, étudiante en informatique, avant de partir faire répéter la chorale.

Une aventure qui marque chaque génération de tondutins. “J’ai changé de mode de vie en arrivant ici” raconte Élise Morin.”Ce n’est pas une simple collocation mais une vraie communauté de frères et sœurs. Par exemple, chaque semaine nous faisons des relectures communautaires depuis un texte de l’Évangile afin d’améliorer la vie de tous les jours entre nous.”

Chaque jeudi soir, la communauté dine avec les prêtres autour d'un texte de l'Évangile. © Baptiste Berard
Chaque jeudi soir, la communauté dîne avec les prêtres autour d'un texte de l'Évangile. © Baptiste Berard

Une demande en hausse

Au sein de l’appartement, l’humour prédomine, les discussions fraternelles vont bon train. Et chacun apporte sa pierre à l’édifice. Pour Gwenaëlle,”Cette année a été riche, on a eu des moments de vie intenses qui nous apportent beaucoup. On rigole beaucoup, mais on arrive quelques fois à être sérieux… pendant la messe”.

Le projet de ce foyer étudiant séduit alors. À tel point qu’un deuxième appartement va ouvrir ses portes en septembre grâce au soutien de l’évêque de Nice, Mr Marceau, qui encourage l’initiative dans son diocèse.”Nous avons dû trouver un deuxième lieu pour loger six personnes supplémentaires afin qu’un maximum de jeunes puissent partager cette expérience malheureusement nous n’arrivons pas à répondre à toutes les demandes.” Et plus encore, le père Peillon espère “l’ouverture d’un troisième foyer pour l’année 2017”.

Tags:
Paroisse
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnaire-NONPOP-2.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement