Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 25 avril |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

L’hommage du film “Lourdes” à l’engagement des soignants

72a9252.jpg

"Lourdes", Mars Films

"Lourdes", un film de Thierry Demaizière et Alban Teurlai

Xavier Mirabel - publié le 28/05/19

Le film "Lourdes" témoigne avec un ton particulièrement juste de la relation entre les personnes souffrantes et leurs accompagnants. À Lourdes, la vocation de ceux qui « prennent soin » des plus faibles donne toute sa mesure.

Le film-reportage Lourdes de Thierry Demaizière et Alban Teurlai m’a profondément touché. Touché par la beauté des images, par la qualité de la bande-son. Touché par la force des témoignages des personnes malades ou handicapées et de leurs accompagnants. Touché par les témoignages de foi. Mais surtout, j’ai été sensible aux rencontres entre ces personnes souffrantes et les bénévoles qui les accompagnent et prennent soin d’eux pendant ces quelques jours de pèlerinage.

Prendre soin

Pour ceux qui s’interrogent sur ce que veut dire « prendre soin » précipitez-vous. Vous y verrez de belles personnes, pleines de simplicité et d’amour, qui offrent leur présence, avec joie, avec humour, avec simplicité. Des personnes qui assument les tâches qui peuvent apparaître les plus ingrates auprès des personnes les plus dépendantes pour tous les actes de la vie quotidienne. Et qui savent vivre, tout simplement. C’est beau parce que c’est plein d’humanité, de respect, d’écoute, de pudeur. Parce que personne n’est dans la toute-puissance.


Film documentaire Lourdes, 2019

Lire aussi :
“Lourdes”, un film bouleversant sur la ferveur des pèlerins

Des personnes qui prennent soin avec une telle qualité d’âme, on en croise à Lourdes. Elles sont bénévoles, nombreuses et y vivent des rencontres bouleversantes. Ces rencontres sont aussi à l’origine de la vocation de nombreux soignants, d’aide-soignants, d’infirmiers, de professionnels, qui exercent dans les hôpitaux, dans les Ehpad, à domicile…

Consolation spirituelle

À Lourdes, dans ce contexte de don, de gratuité, est-ce plus facile que dans le monde professionnel ? Peut-être. Parce que dans le monde professionnel il y a l’usure, parce qu’on est « obligé » de prendre soin tous les jours et que ce n’est pas tous les jours facile. Parce qu’il n’y a pas toujours la bienveillance qu’on trouve à Lourdes. Parce qu’il n’y a pas l’expression de la foi et que la consolation spirituelle est terriblement absente.

Le film Lourdes nous révèle la vocation du soignant. Il nous en dit long sur l’éthique du soin.

En images : Notre-Dame du Rosaire, basilique inférieure du sanctuaire de Lourdes

Tags:
CinémaLourdesmalades
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement