Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 12 juillet |
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Et si le confinement était l’occasion de vivre votre “meilleur” Carême ?

TEMPTATION OF CHRIST,WILDERNESS,DESERT

Ivan Kramskoi | PD

Thérèse Puppinck - publié le 23/03/20

Déjà une semaine de confinement et certains se demandent comment vont-ils tenir sur la durée ? Et si, pour les chrétiens, ce confinement était l’occasion de vivre un Carême "d’exception" ? En suivant le même chemin que les chrétiens des premiers siècles, eux qui se retiraient volontairement du monde pendant quarante jours pour rejoindre le Christ au désert.

Au bout de quelques jours à peine de confinement, certains se demandent déjà comment ils tiendront les semaines à venir. Cette situation sans précédent est certes angoissante, cependant, pour tous ceux qui sont en bonne santé, ce temps de confinement, qui coïncide avec le Carême, peut vivifier la vie spirituelle et rappeler le sens premier du Carême.

Acquérir une pureté d’âme et de corps

Le but du Carême est avant tout de préparer les âmes à la célébration du mystère de la mort et de la résurrection du Christ. Comme la solennité pascale surpasse en importance toutes les autres fêtes du cycle liturgique, qui n’en sont que le rayonnement, elle demande à être célébrée avec une pureté toute spéciale. À la faveur du Carême, temps de vie chrétienne plus intense et plus pure, les chrétiens peuvent acquérir cette vraie pureté d’âme et de corps.




Lire aussi :
Coronavirus : quand l’épreuve relie le sérieux de la vie et le sérieux de la foi

Mentionné pour la première fois en 325 dans le Concile de Nicée, le Carême avait primitivement une physionomie un peu différente de celle qui lui fut attribuée par la suite. En effet, il se présentait comme une sorte retraite collective de quarante jours, qui permettait d’accompagner l’expérience spirituelle du Christ au désert. Ainsi les chrétiens se mettaient en retrait, se retiraient, se coupaient volontairement du monde pendant quarante jours. Grâce à ce temps d’isolement, couplé à une vie d’oraison et de pénitence plus assidues, ils redécouvraient leur intériorité et réaffermissaient leur vie spirituelle.

Imiter le Christ au désert

Le chrétien peut s’enrichir de tout événement, de toute expérience, qui sont alors des occasions de faire grandir en lui la charité, l’amour de Dieu et des âmes. Le confinement fait partie des nombreux obstacles à franchir avec confiance, dans un esprit d’abandon à notre Père éternel. Il est une belle occasion d’imiter le Christ au désert, en intensifiant sa vie de prière, en pensant en particulier aux malades, aux mourants. Jésus, Marie, je vous aime, sauvez les âmes : voici une très belle oraison jaculatoire à pratiquer toute la journée, sans modération.


Couple - Praying - God - Parents

Lire aussi :
Vivre son carême au temps du coronavirus

Tags:
CarêmeCovid
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-POP.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement