Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 26 mai |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Les vives inquiétudes de l’Œuvre d’Orient sur la situation au Haut-Karabagh

WEB2-ARMENIE-AZERBAIDJAN-HAUT-KARABAKH-AFP-033_6362798_5f8f2275663ec.jpg

Mikhail Voskresenskiy / Sputnik / Sputnik via AFP

Des habitants passant à côté de ruines à Ganja (Azerbaïdjan), le 20 octobre 2020.

Timothée Dhellemmes - publié le 17/09/21

Dix mois après le cessez-le-feu dans le Haut-Karabagh après l'offensive de l’Azerbaïdjan sur de nombreux territoires azéris, l’Œuvre d'Orient s’inquiète de la "situation alarmante" dans le pays et appelle la France et l’Union Européenne à réévaluer l’aide concrète apportée aux habitants.

Entre le 27 septembre et le 9 novembre 2020, ce sont près de 6.700 personnes, dont au moins 169 civils, qui ont trouvé la mort dans le Haut-Karabakh, petit territoire montagneux à la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. En six semaines de conflit, l’Azerbaïdjan, pays turcophone à majorité musulmane, a littéralement chassé les Arméniens du Haut-Karabagh. Résultat : au moins 90.000 personnes contraintes à l’exil, des églises et des monastères bombardés, des maisons ravagées.

Un processus d’auto-détermination ?

Près d’un an après le conflit, Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient, s’est rendu sur place cette semaine afin d’évaluer les besoins. “Les habitants arméniens ont été chassés de leurs maisons, de leurs villages, de leurs églises”, constate-t-il dans un communiqué publié ce vendredi 17 septembre. La reconstruction des territoires est menée par l’Azerbaïdjan triomphante et les Arméniens sont relégués au second rang et abandonnés à leur propre sort. Face à cette situation, l’Œuvre d’Orient demande par la voix de Mgr Pascal Gollnisch que le Haut-Karabagh “retrouve l’intégralité de son territoire historique, dans des frontières sécurisées”, et qu’il “puisse disposer d’un processus d’auto-détermination analogue à celui qui a été mis en place au Kosovo et sous contrôle international”.

En novembre 2020, Emmanuel Macron avait publiquement apporté son soutien à la communauté arménienne, promettant une importante aide humanitaire et réclamant “un cessez-le-feu patrimonial et culturel” pour éviter une “destruction du patrimoine culturel et cultuel” arménien dans la région. Près d’un an plus tard, la région est en bonne partie vidée de ses habitants et criblée de mines. Face à cette situation, l’Œuvre d’Orient demande que la France et l’Union Européenne “réévaluent l’aide concrète apportée à ces habitants”. “Si la situation continue comme ça, il ne restera bientôt plus de traces des Arméniens”, prévenait déjà en janvier dernier le père Andreas Taadyan, recteur de la cathédrale Saint-Sauveur de Chouchi.

Tags:
ArménieTurquie
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement