Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 16 juillet |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Une exception au secret de la confession pour les violences sexuelles ?

CONFESSION

Antoine Mekary | ALETEIA

Lauriane Vofo Kana - publié le 05/10/21

Parmi les recommandations faites par la Commission indépendante sur les abus dans l'Église (Ciase), celle pour l'Église d'édicter des "directives précises aux confesseurs sur le secret de la confession qui ne peut pas permettre de déroger à l’obligation de signaler aux autorités compétentes les cas de violences sexuelles infligées à un mineur ou à une personne vulnérable."

“Il ne s’agit pas de remettre en cause le secret de la confession en tant que tel” précise d’emblée la Commission indépendante sur les abus dans l’Église (Ciase) dans son volumineux rapport publié le 5 octobre. Mais parmi ses 45 recommandations, celle sur le secret de la confession est sans doute l’une des plus concrètes “pour une prévention sans faille à l’avenir” selon ses termes. La commission recommande aux autorités de l’Église d’édicter “un message clair indiquant aux confesseurs et aux fidèles que le secret de la confession ne peut déroger à l’obligation, prévue par le code pénal […] de signaler aux autorités judiciaires et administratives les cas de violences sexuelles infligées à un mineur ou à une personne vulnérable”. Elle précise d’ailleurs que, à son sens, déroger à ce secret est “conforme […] à l’obligation de droit divin naturel de protection de la vie et de la dignité de la personne”

Un secret professionnel unique en son genre

En France, le secret de la confession relève du secret professionnel. Il ne se limite pas aux seules confidences reçues par les prêtres dans le cadre du sacrement de réconciliation, mais à toute information confidentielle reçue par les ministres du culte dans le cadre de leur ministère selon la CEF. Aujourd’hui, si un prêtre reçoit les confidences de l’auteur d’un crime ou d’un délit, il “doit tout mettre en œuvre pour que celui-ci assume ses responsabilités tant à l’égard de la victime qu’à l’égard de la société, et se confie donc à la justice”. C’est donc un pas supplémentaire que recommande la Ciase, dans cette matière exclusivement.

Tags:
Abus sexuelsCiaseConfessionSacrements
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-1.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement