Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 26 mai |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Nouvelle vague d’arrestations de religieux en Éthiopie

WEB2-ETHIOPIA-ADDIS ABEBAshutterstock_1826923745.jpg

Shutterstock I RudiErnst

Addis-Abeba, la capitale éthiopienne.

Agnès Pinard Legry - publié le 06/12/21

Six religieuses et deux diacres ont été arrêtés le 30 novembre à Addis-Abeba, en Éthiopie. Parce qu’elles sont d’origine tigréenne, les religieuses pourraient avoir été arrêtées dans le cadre d’une campagne menée par les forces gouvernementales contre les Tigréens, accusés d’aider et de soutenir les rebelles du TPLF (Front de libération du peuple Tigré) dans tout le pays.

Inquiétude pour les religieux d’Éthiopie. Six religieuses et deux diacres ont été arrêtés par les forces gouvernementales le 30 novembre à Addis-Abeba, la capitale du pays. Parmi les sœurs se trouve Abrehhet Cahasai, supérieure d’une des communautés des Ursulines de Gandino, et cinq religieuses de la Congrégation des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul, détaille l’agence Fides.

Nos religieuses en Éthiopie sont pour la plupart des Tigréennes.

Sœur Abrehhet Cahasai, 48 ans, enseigne dans le jardin d’enfants de Shola, à Addis-Abeba, l’une des deux maisons appartenant à la congrégation dans la capitale éthiopienne. Plus globalement les Ursulines de Gandino, présentes dans le pays depuis 1967, consacrent l’essentiel de leurs activités à l’enseignement et aux soins de santé. Elles ont des antennes dans tout le pays, dont certaines dans les régions du nord, dont le Tigré, théâtre d’un violent conflit depuis un peu plus d’un an.

Parce qu’elles sont d’origine tigréenne, les religieuses pourraient avoir été arrêtées dans le cadre d’une campagne menée par les forces gouvernementales contre les Tigréens, accusés d’aider et de soutenir les rebelles du TPLF (Front de libération du peuple Tigré). “Nos religieuses en Éthiopie sont pour la plupart des Tigréennes”, a expliqué à Fides Mère Raffaella Pedrini, Supérieure générale des Ursulines de Gandino. “Nous sommes très inquiets du sort de nos sœurs et frères qui ont été arrêtés.”

Deux millions de déplacés

Pour mémoire la guerre a éclaté en novembre 2020 après que le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a envoyé l’armée dans la région du Tigré afin d’y destituer les autorités locales, issues du TPLF, qui défiaient son autorité et qu’il accusait d’avoir attaqué des bases militaires. En près de treize mois la guerre a fait plusieurs milliers de morts, plus de deux millions de déplacés et plongé des centaines de milliers d’autres personnes dans des conditions proches de la famine, rapporte l’ONU.

Tags:
éthiopieTigré
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement