Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 24 avril |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

La vieillesse, ça s’apprivoise !

RETIREMENT-PEOPLE-shutterstock_707244118.jpg

Shutterstock I Syda Productions

Marzena Devoud - publié le 22/05/22 - mis à jour le 19/06/23

Vieillir fait peur, parfois. La vieillesse véhicule une image négative : celle d’une dégradation, d’une peine, d’une perte. Pourtant, il y a plusieurs raisons de la vivre comme une expérience positive et heureuse. Alors comment apprivoiser la vieillesse ? Douze réponses lumineuses des grands saints.

Qui n’a pas ressenti un jour cette angoisse paralysante de la vieillesse et de la mort ? Qui, la soixantaine passée, n’a pas constaté un jour avec inquiétude qu’il y a quelque chose qui cloche avec le genou dès que l’effort physique est un peu poussé ? Et lorsqu’on oublie de plus en plus fréquemment les titres des films ou les noms pourtant des bons amis ?

Vieillir fait peur. Et cette peur n’est pas seulement liée à la crainte d’une maladie grave, de la dépendance ou de l’existence vécue à l’écart des siens et loin de chez soi. Selon Marie de Hennezel, psychologue et psychothérapeute, auteur notamment de Et si vieillir libérait la tendresse, il s’agit d’un “mal-être qui a sa racine dans l’interrogation sur le sens des années qui restent à vivre, et qui rapprochent de la mort”, explique-t-elle à Aleteia. Ce n’est pas un questionnement difficile car le monde actuel a tendance à nous envoyer une image particulièrement négative du vieillissement. Ce dernier est perçu comme une peine, une perte, un déclin, une dégradation, un naufrage…

Cultiver une jeunesse intérieure

Pourtant, on peut bien vieillir. C’est un art et il existe des clés pour avancer avec confiance sur cette étape de la vie. Si l’entrée dans la vieillesse demande des renoncements, on a la liberté de faire un choix entre deux expériences possibles : celle de la diminution et de la perte, qui pousse à s’accrocher à la jeunesse, ou bien celle liée à l’image positive et inventive de la vieillesse. Pour y arriver, tout d’abord, la curiosité de l’esprit et l’ouverture du cœur sont les deux vertus à cultiver.

Paradoxalement, la vie intérieure ne vieillit pas. Au contraire, elle continue de grandir. La vieillesse peut être une aventure spirituelle, un vrai voyage vers l’intériorité. Saint Thomas d’Aquin, saint Augustin, saint Benoît ou encore saint Jean Paul II l’ont très bien compris et donnent des conseils pour cultiver une vraie jeunesse intérieure :

Tags:
conseilsPape Jean Paul IISaint Augustinsaint BenoîtVieillesse
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement