Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 19 mai |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Elle devient religieuse à 30 ans : “J’ai peur, mais aussi confiance en Dieu”

suora clausura manduria

Diocesi Oria - Facebook

Gelsomino Del Guercio - Bérengère Dommaigné - publié le 17/07/22

Michela Parabita, 30 ans, a rejoint le 28 juin dernier les clarisses dans la ville de Manduria, dans le sud de l'Italie. Elle a prononcé ses vœux de pauvreté, de chasteté et d'obéissance devant ses proches et son évêque. Un moment émouvant.

Le carême touche à sa fin.
N’oubliez pas Aleteia dans votre offrande de Carême,
pour que puisse rayonner l’espérance chrétienne !
Soutenez Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Originaire du village de Cirspiano, dans les Pouilles (sud de l’Italie) Michela Parabita, 30 ans, jusqu’à présent infirmière de métier, a prononcé fin juin ses vœux en public, à Manduria (dans le talon de la botte!), avant d’entrer dans le monastère des clarisses située dans la ville italienne. Devant une quinzaine de clarisses sorties pour l’occasion, et de nombreux fidèles de la ville, Michela a fait sa demande de première profession religieuse de vœux temporaires à l’évêque des lieux, Mgr Vincenzo Pisanelli, avant d’entrer dans le cloître pour toute sa vie “si Dieu le veut”.

“Michela est prête à renoncer à tout pour posséder “le ‘tout’ qu’est Dieu”, a ainsi déclaré Mgr Pisanelli sur la place. ” La vie cloîtrée signifie couper avec tout ce qui n’est pas l’amour. Et Michela, comme nouvelle religieuse, a été appelée par Dieu à parler aux hommes et à convertir les cœurs”, a ajouté l’évêque.

“Je me sentais chez moi”

C’est une vocation radicale que choisie cette femme de 30 ans, en consacrant sa vie au silence et à la solitude. Elle l’explique en toute clarté, racontant avoir choisi d’entrer dans cette communauté “parce que je me sentais chez moi”. “J’avais tout, et pourtant il me manquait quelque chose pour donner un accomplissement à ma vie”. Pour elle, le cloître est une réponse, une assurance, un don : cela signifie “se donner entièrement à Dieu et aux autres, sans s’oublier soi-même.”

image-2.png

Pour Michela Parabita, le choix de devenir religieuse cloîtrée a été pourtant un processus difficile dont elle ne se cache pas. Cela a nécessité du temps pour en comprendre le sens, et le sens de sa vie, et même, aujourd’hui encore, une certaine insécurité : “Oui, j’ai peur, mais j’ai aussi beaucoup de confiance en Dieu avant tout, et en l’homme”. Et elle admet courageusement également les difficultés rencontrées par sa famille, “ils ne sont pas tout à fait d’accord avec ma décision, mais quand on aime une personne, on essaie de tout accepter.”

Tags:
ItalieReligieuxVocation
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement