Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 15 juin |
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Place des femmes, gouvernement pyramidal… Les points qui crispent 

Article réservé aux membres Aleteia Premium
PRAY-WOMAN-CHURCH-ciric_336649-e1668441727484

Fabrice CATERINI-INEDIZ/CIRIC

Valdemar de Vaux - publié le 16/08/22

Alors que s’est clôturé en ce lundi 15 août la phase nationale du synode, certains sujets souvent évoqués commencent déjà à susciter des débats. Explications.

Pas une seule mention du “salut”, et seulement huit du Christ, dans un document de douze pages. A contrario, les “femmes” sont évoquées vingt fois – six pour les “hommes”. Si le chiffre peut paraître anecdotique, il résume bien les réticences suscitées par le synode sur la synodalité dans l’Église de France. 

D’abord parce que l’expérience serait trop horizontale, alors que l’Église doit proclamer la Bonne nouvelle du salut, révélée en Jésus. Le processus, qui consistait à se regrouper en équipe pour parler de l’Église et évoquer joies, besoins et souffrances a pu laisser sceptiques ceux pour qui elle est avant tout un don du Père pour parvenir au ciel. Si la démarche fait appel au discernement grâce à l’Esprit saint, elle a pu devenir l’occasion de doléances parfois éloignées du souffle divin. Mgr Marc Aillet rappelle à ce sujet, dans le journal du diocèse de Bayonne de juillet, une citation de saint Antoine de Padoue : “Heureux celui qui parle selon le don de l’Esprit et non selon son propre sentiment”.

Parmi les points qui reviennent, la place des femmes, le gouvernement jugé trop pyramidal ou l’ordination de “diaconesses” ou “prêtresses”. Des sujets, des questions, parfois des revendications, qui ne sont pas nouveaux. Et qui semblent opposer deux franges de l’Église de France, depuis le Concile : l’une plus traditionnelle – parfois dans la liturgie aussi mais pas seulement – et l’une plus tournée vers le monde. Avec l’accusation réciproque d’être dans l’entre-soi ou de vouloir se conformer au monde. Rien de nouveau sous le soleil. 

Un document a créé la confusion : la collecte nationale. Par la logique même du processus synodal, les fidèles qui y ont participé – et peu avaient en-dessous de 40 ans – ont fait remonter dans les synthèses plusieurs suggestions. Que les laïcs, et notamment les femmes, puissent prêcher à la messe, que des femmes soient ordonnées prêtre ou diacre, que des baptisés élus forment un collège en contre-pouvoir de celui de l’évêque…des propositions qui ont été fidèlement reproduites dans la collecte nationale écrite par l’équipe nommée par la Conférence des évêques de France autour de Mgr Joly.

Pas de jugement théologique

Mais cette collecte, c’est écrit en introduction, n’a pas pour objet de produire un jugement théologique. Elle veut davantage reproduire honnêtement ce que les fidèles catholiques français ont dans leur cœur. Envoyée à Rome, elle sera la contribution de ceux-ci au synode de l’Église universelle. Si les évêques ont voulu l’envoyer sans la modifier, ils l’ont accompagnée d’une lettre, laquelle est déjà le fruit d’un discernement sur ce que le peuple de Dieu qui est en France vit dans l’Église. Parmi d’autres espérances et manquements, ils notent la nécessité de mieux expliciter le mystère de l’Église, sacrement du salut et Épouse du Christ, de faire droit aux souffrances des femmes ou de prendre soin des prêtres. Sans avaliser aucune des idées reproduites dans la collecte. Sans les contredire non plus.

En lisant la collecte, on prend également conscience que les propositions les plus débattues ne sont pas celles mises en avant et qu’elles ne constituent pas la majeure partie du document. Quelques phrases seulement, à côté de paragraphes entiers sur la Parole de Dieu ou le désir de vivre dans l’Église en frères et sœurs et de poursuivre dans l’élan du synode en formant des équipes fraternelles à même de manifester la proximité du Christ pour chacun. 

Une participation de… 10% des pratiquants

Dans leur lettre, les évêques de France notent aussi des absences : celle de la mission, alors que c’est la nature même de l’Église de rendre le Christ présent au monde, et la communion, qui, par la grâce de Dieu, relie tous les chrétiens, morts et vivants, entre eux. Des absents aussi : des pans entiers du catholicisme français. Seulement 10% des pratiquants ont participé, ce qui relativise le poids réel des revendications citées chez les fidèles. En même temps, ceux qui ne se sentent pas représentés par la collecte ne se sont pas exprimés…et ils en sont les premiers responsables !

Lisez cet article
gratuitement
En créant votre compte gratuitement vous pourrez accéder à l'ensemble des articles d’Aleteia, sans aucune limitation, ainsi que rédiger des commentaires.
Lire gratuitement en s'inscrivant
Déjà membre ?

Tags:
Synode
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-NONPOP.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement