Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 25 juin |
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

La tristesse, un “signal d’alarme” à prendre en compte, alerte le Pape

Pope Francis during his weekly general audience September 28, 2022

Antoine Mekary | ALETEIA

I.Media - publié le 26/10/22

Lors de l’audience générale du 26 octobre 2022, François a donné un enseignement sur la tristesse, qui peut être aussi bien un "feu de signalisation" bénéfique dans la vie spirituelle, qu’une "épreuve" à dépasser.

Poursuivant son cycle de catéchèses sur le discernement ce mercredi 26 octobre, le Pape a médité sur la désolation, que saint Ignace définit comme l’état de l’âme “sans espoir et sans amour, […] molle, tiède, triste”. Mais, a-t-il expliqué, la désolation peut être “un signal d’alarme” qui “éveille notre attention à un danger possible, ou à un bien négligé”.

Pour le pontife de 85 ans, il serait même “grave et dangereux” de ne pas ressentir de tristesse ou d’avoir “une vie toujours joyeuse, légère et épanouie”. La tristesse peut ainsi indiquer un “remords”, défini comme “la conscience qui mord, qui ne laisse pas en paix”.

Le Pape a alors cité le dialogue entre le cardinal Federico Borromeo et l’inconnu dans Les fiancés, d’Alessandro Manzoni – un ouvrage qui lui est cher :

““Vous avez de bonnes nouvelles à me donner, et vous me faites tant soupirer ?” [demanda le cardinal]. “Bonne nouvelle, moi ? J’ai l’enfer dans mon cœur […]. Dites-moi, si vous le savez, quelle est cette bonne nouvelle”. “Que Dieu a touché votre cœur et qu’il veut vous faire sien”, répondit calmement le cardinal”.  

Cependant, la tristesse est aussi “un obstacle avec lequel le tentateur veut nous décourager”, a poursuivi le pape François. Dans ce cas, il a conseillé de faire “exactement le contraire” de ce qu’elle suggère, et de “poursuivre” son chemin. Car si l’on capitule “dès que nous ressentons de l’ennui ou de la tristesse, nous n’achèverions jamais rien”, a-t-il fait observer. 

Si tu veux aller sur la route du bien, prépare-toi il y aura des obstacles et des tentations.

François s’est attristé que “certaines personnes décident d’abandonner la vie de prière, ou le choix qu’elles ont fait, mariage ou vie religieuse, poussées par la désolation”. Il a recommandé plutôt, lorsqu’on est confronté à la tristesse, de “ne pas faire de changements”, et de s’entourer “d’un guide”. Il s’agit d’écouter le “temps” plutôt que “l’humeur du moment”. 

“Si tu veux aller sur la route du bien, prépare-toi il y aura des obstacles et des tentations”, a conclu le successeur de Pierre. Mais “aucune épreuve ne sera supérieure à ce que nous pouvons faire”, a-t-il affirmé, engageant à “ne pas fuir” et à ne pas rester “vaincus” par un moment de tristesse. “Si nous ne la vainquons pas aujourd’hui, relevons-nous, a-t-il encouragé […]. Nous la vaincrons demain.”

Tags:
Audience généralediscernementPape Françoistristesse
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-1.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement