Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 28 septembre |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Revue de presse : Pourquoi l’Église n’est pas en déclin

Article réservé aux membres Aleteia Premium
MASS PRAY

Corinne SIMON I CIRIC

Messe des étudiants, Paris, novembre 2015.

La rédaction d'Aleteia - publié le 12/12/22

Chaque jour, Aleteia vous propose une sélection d'articles de la presse internationale concernant l'Église et les grands débats qui préoccupent les catholiques à travers le monde. Les opinions et les points de vue exprimés dans ces articles ne sont pas ceux de la rédaction.

Lundi 12 décembre 2022

1 – Pourquoi l’’Église n’est pas en déclin
2 – Le pape François et son équipe diplomatique ont Helsinki en tête
3 – Le succès du pontificat actuel sera décidé par les successeurs de la papauté actuelle, déclare le cardinal Kasper
4 – Les dépenses folles de la Fabrique de Saint Pierre
5 – Le pape François et la politique du regard attentif

1Pourquoi l’Église n’est pas en déclin

The Atlantic propose une lecture historique de la manière dont l’Église a développé sa relation avec le monde au cours des derniers siècles et comment elle est devenue une « présence affirmée dans la vie publique », en passant en revue le livre du doyen de l’Université de Notre Dame, John T. McGreevy, « Catholicism : A Global History From the French Revolution to Pope Francis« , sorti en septembre 2022. McGreevy explique que, malgré la diminution du nombre de prêtres et de fidèles pratiquants, il existe des preuves qui montrent que « le catholicisme n’est pas en manque ; il est juste en train de changer ». L’auteur conteste le récit selon lequel l’Église a été « une institution figée contre le monde moderne » au cours des deux derniers siècles, mais soutient plutôt que le catholicisme a entamé son dialogue avec la société bien avant le Concile Vatican II en 1962.

M. McGreevy estime qu’il a en fait commencé en 1789 avec la Révolution française. Dans les décennies qui ont suivi, l’Église s’est « dogmatiquement opposée à la modernité » et la « certitude de ce vis-à-vis elle s’opposait a obscurci le sens de ce qu’elle devait soutenir ». Avec le Concile Vatican II, l’Église est devenue un pèlerin « offrant un humble service » au monde et à ses problèmes. Toutefois, l’auteur de l’article souligne que « l’opposition de l’Église à la modernité avait donné aux catholiques un adversaire commun contre lequel s’unir, et avait supprimé les désaccords internes de l’Église. Vatican II les a révélés au grand jour ».

Ainsi, la vision de ce que l’Église devrait offrir au monde est depuis tombée sur « les papes, qui ont utilisé la papauté pour promouvoir des programmes distincts d’engagement avec le monde ». Cependant, l’auteur soutient que malgré le changement de l’Église dans sa façon de s’engager avec le monde, la cohérence sur les questions morales ou géopolitiques « n’a pas plus été la règle depuis 1965 qu’après 1789″. »Une fois de plus, il est difficile de dire ce que l’Église catholique défend, mais tout le monde sait ce à quoi elle s’oppose », conclut l’auteur.

The Atlantic, anglais

2Le pape François et son équipe diplomatique ont Helsinki en tête

Lors de sa visite au Kazakhstan en septembre, le pape François a appelé de ses vœux « un nouvel esprit d’Helsinki, la détermination de renforcer le multilatéralisme, de construire un monde plus stable et pacifique, en pensant aux générations futures ». Les mots n’étaient pas choisis au hasard, fait observer Crux. La capitale finlandaise d’Helsinki « pourrait occuper une plus grande part de l’énergie intellectuelle collective du Vatican en ce moment »… non pas pour des raisons pastorales, mais pour des raisons géopolitiques. En effet, le Saint-Siège semble vouloir ramener le monde au modèle des « accords d’Helsinki » de 1975, qui représentent « une source d’inspiration pour les efforts actuels de Rome pour mettre fin à la guerre en Ukraine ».

Ainsi, demain mardi, aura lieu une conférence intitulée « L’Europe et la guerre : de l’esprit d’Helsinki aux perspectives de paix », parrainée conjointement par l’ambassade d’Italie auprès du Saint-Siège, L’Osservatore Romano, Radio Vatican, Vatican News et la revue italienne Limes – avec la participation du cardinal secrétaire d’État Pietro Parolin. Selon Crux, ces accords critiqués mais aussi reconnus par l’Histoire pour avoir empêché une escalade des conflits Est/Ouest, occupent une place importante dans la mémoire diplomatique et l’imagination du Vatican pour trois raisons. Tout d’abord, ils ont représenté une percée pour l’Ostpolitik, c’est-à-dire de dialogue avec le monde socialiste, conçue par le cardinal Agostino Casaroli.

Deuxièmement, le Vatican a toujours considéré l’Italie comme son allié le plus naturel sur la scène mondiale et les accords d’Helsinki sont le meilleur exemple moderne de cette idée en pratique, puisque, aux côtés de Casaroli, un autre architecte principal de l’accord était le Premier ministre italien de l’époque, Aldo Moro. Enfin, le pape François et son équipe considèrent qu’Helsinki justifiait les mêmes politiques de patience et de retenue qu’ils ont essayé d’appliquer à la Russie près d’un demi-siècle plus tard. Sur le plan diplomatique, François est une colombe, pas un faucon, écrit encore Crux, avant de conclure : « Ce n’est pas seulement “l’esprit de Vatican II” qui définit la papauté de François. C’est aussi “l’esprit d’Helsinki” ». 

Crux, anglais

3ET AUSSI DANS LA PRESSE INTERNATIONALE…

Le succès du pontificat actuel sera décidé par les successeurs de la papauté actuelle, déclare le cardinal Kasper

Le théologien allemand Walter Kasper, l’un des cardinaux qui ont le plus contribué à l’élection de Bergoglio lors du conclave de 2013, parle de l’action réformatrice que le pape François a initiée au cours des dix dernières années et qui, sur le papier, est destinée à changer la relation entre l’Église et le Magistère. 

Il Messaggero, italien

Les dépenses folles de la Fabrique de Saint Pierre

Licenciements brutaux, dépenses fastueuses et copinage : c’est un triste tableau du fonctionnement de la basilique Saint-Pierre que dresse le blog Silere non possum.

Silere Non possum, italien

Le pape François et la politique du regard attentif

Le pape François aime particulièrement le contact personnel avec les gens. Et ce, non seulement lors des audiences générales, mais aussi lorsqu’il doit entrer dans des conversations plus exigeantes. Et cela se voit dans son mode de gouvernance, souligne le vaticaniste Andrea Gagliarducci. 

Monday Vatican, anglais

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
Concile Vatican IIÉglisefinlande
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement