Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 18 avril |
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Chrétiens, gardez-vous des idoles !

web-charismatic-renewal-reunion-rome-m-miglioratocppciric-e1674739191749.jpg

Catholic Press Photo

Luc de Bellescize - publié le 26/01/23

Après les totalitarismes athées du XXe siècle, le monde occidental affronte une idéologie libérale radicale qui refuse la création en voulant disposer de l’homme, de sa vie et de sa mort. Les chrétiens qui veulent pactiser avec les nouvelles idoles se trompent, avertit le père Luc de Bellescize. Aimer l’homme, ce n’est pas renoncer à transmettre le plan de Dieu sur l’homme et l’appel du Christ à la conversion.

Les grandes idéologies qui ont ravagé le XXe siècle étaient fondées sur la pensée d’un salut de l’homme par l’homme, soit par l’exaltation d’une race prétendument supérieure, soit par la révolution qui, en renversant des structures dominatrices, allait faire advenir la paix. National-socialisme et marxisme étaient deux figures de l’antéchrist dans l’histoire et deux bêtes de l’Apocalypse.

Au refus d’être sauvé a succédé le refus d’être créé.

Elles ont ravagé la terre et versé le sang des saints. Il s’agissait d’idéologies de la rédemption contre l’unique Sauveur. Saint Jean Paul II, qui les avait vécues dans sa chair, leur répondit dans sa première encyclique, Redemptor hominis, que le Christ est l’unique sauveur des hommes et qu’il n’y a pas d’autre Nom sous le Ciel par lequel nous devons être sauvés. 

De nouvelles idoles

Nous sommes entrés au XXIe siècle dans une ère où se lèvent de nouvelles idoles. Elles sont encore plus radicales car elles ne s’opposent plus directement au Sauveur, mais elles consistent en une rupture avec le Créateur. Au refus du Fils a succédé le refus du Père. Au refus d’être sauvé a succédé le refus d’être créé.

Nous nous voulons aujourd’hui notre propre origine et notre propre fin, tel le Phénix qui s’auto-détruit et renaît par lui-même de ses cendres. Nous nous prétendons les créateurs de nous-mêmes dans l’illusion d’une liberté pure, radicalement autonome de tout “donné” naturel et de toute obéissance au réel. L’idéologie actuelle est celle d’une liberté qui refuse sa limite et veut choisir absolument sa vie comme elle entend choisir sa mort. Il ne s’agit pas de “devenir ce que nous sommes” en consentant à notre origine sexuée, en acceptant d’être “qualifiés dans l’être” par notre héritage et notre corps, mais de devenir absolument ce que nous voulons être. Nous l’avons entendu dans une émission stupéfiante : “Je ne suis pas un homme, je suis non-binaire. Qu’est-ce qui vous fait dire que je suis un homme ?”

Là où Dieu perd son visage, (…) les hommes perdent aussi leur visage.

Dieu crée en séparant. Il sépare le jour et la nuit, le ciel et la terre, l’homme et la femme, la distinction fondamentale entre l’humain, doué du souffle de Dieu et d’une liberté spirituelle, et le monde animal, fondé sur l’instinct. Non une séparation comme conflit, mais comme correspondance. Nous voici dans un temps d’extrême confusion où la complémentarité de l’homme et de la femme, naturellement ouverte à la vie, n’est plus reconnue comme une réalité qui pose une frontière à notre volonté démesurée de puissance. Où, plus grave encore, la distinction de l’homme et de l’animal apparaît comme fallacieuse chez certains “influenceurs” minoritaires, mais incroyablement violents. Ces grands idéologues font obstruction à toute contradiction, aux États-Unis et de plus en plus en Europe, jusque dans ce temple du questionnement et du débat d’idées que devrait constituer la recherche universitaire. 

Ces soi-disant sages sont devenus fous

À Nantes s’ouvre un festival “pour célébrer les masculinités plurielles”, à grand renfort d’écriture inclusive, où l’on voit non seulement des silhouettes androgynes et asexuées, mais aussi des êtres hybrides, mêlant le corps humain à des visages d’oiseau ou d’ours. “Laissez une paroisse vingt ans sans prêtres. On y adorera les bêtes”, disait le saint curé d’Ars, comme pour signifier que l’homme ne peut tenir que par le Haut et que sans une orientation de tout son être vers l’Amour invisible, manifesté dans le visage de l’autre, et surtout du plus petit, il se perdra dans l’abîme de son propre nombrilisme. Sans Dieu, l’homme s’efface comme une trace de sable. Il faut même aller plus loin : là où Dieu perd son visage, là où il n’est vénéré que comme un “Être suprême”, un “grand architecte” infiniment détaché de l’histoire, les hommes perdent aussi leur visage. La Révolution française vénérait “l’Être suprême” et faisait rouler les têtes par milliers. Sans le Dieu d’amour manifesté dans le Christ, le visage de l’homme se floute dans le magma incertain d’une liberté devenue folle, qui, comme le bateau ivre de Rimbaud, n’est plus guidée par les haleurs et descend les fleuves impassibles, au gré des courants dominants et des groupes de pression les plus intimidants. “Si Dieu n’existe pas, écrit Dostoïevski dans Les Démons, alors tout est ma volonté.” Et l’Apôtre aux Romains (Rm 1, 22-24) :

Ces soi-disant sages sont devenus fous, ils ont échangé la gloire du Dieu impérissable contre des idoles représentant l’être humain périssable ou bien des volatiles, des quadrupèdes et des reptiles. Voilà pourquoi, à cause des convoitises de leurs cœurs, Dieu les a livrés à l’impureté, de sorte qu’ils déshonorent eux-mêmes leur corps.

L’Église devra tenir tête

“Ôtez le surnaturel, disait Chesterton, il ne reste plus que ce qui n’est pas naturel.” Les chrétiens devront être fidèles à la terre telle que jaillie des mains de Dieu. Ceux qui croient au Ciel auront pour vocation de donner une ancre au déracinement des hommes. L’Église en Occident devra résister avec une force renouvelée à “une idéologie libérale radicale de type individualiste, rationaliste, hédoniste”, disait Benoît XVI à Peter Seewald. Il faut relire son homélie de l’Épiphanie en 2013 où il s’adresse aux évêques qu’il vient d’ordonner : 

“L’agnosticisme aujourd’hui largement dominant a ses dogmes et est extrêmement intolérant à l’égard de tout ce qui le met en question et met en question ses critères. Par conséquent, le courage de contredire les orientations dominantes est aujourd’hui particulièrement urgent pour un évêque. Il doit être valeureux. Et cette vaillance ou ce courage ne consiste pas à frapper avec violence, à être agressif, mais à se laisser frapper et à tenir tête aux critères des opinions dominantes.”

Sans doute faut-il le rappeler aux promoteurs du “chemin synodal” en Allemagne, pays natal de Benoît XVI, qui dans son testament exhorte ses compatriotes à tenir fermes dans la foi… 

Extrêmes confusions doctrinales

Dans un livre à paraître, comme son dernier témoignage, le pape théologien écrit que le monde occidental, “avec sa manipulation radicale de l’homme et la déformation des sexes par l’idéologie du genre, s’oppose tout particulièrement au christianisme. Cette prétention dictatoriale à avoir toujours raison par une apparente rationalité exige l’abandon de l’anthropologie chrétienne et du style de vie jugé “primitif” qui en découle”. Les prêtres, évêques et même cardinaux allemands qui prêchent devant le drapeau arc-en-ciel déployé devant l’autel ou l’érigent sur les églises croient sans doute manifester la sollicitude de l’Église et son accueil inconditionnel. Si nous ne pouvons qu’adopter la bienveillance du bon Pasteur pour tout homme en ce monde, quelle que soit sa situation de vie, nous ne pouvons sans parjurer le logos de la raison et la sagesse de la Révélation renoncer à transmettre, en son temps, le plan de Dieu sur l’homme et l’appel du Christ à la conversion. 

L’heure est à l’humble courage de chaque jour et à la surnaturelle espérance. Il restera toujours l’Esprit de Dieu, par qui nos péchés sont pardonnés.

Aimer tout homme dans sa situation particulière, c’est lui indiquer le chemin de la montagne sainte et s’efforcer humblement de le monter avec lui comme un pauvre frère conscient de son propre péché, entre chutes et relèvements, ombres et lumières, avec la certitude que rien n’est jamais perdu pour Dieu. Ceux qui nous aiment nous croient toujours capables d’une vie sainte. Il est donc légitime de se demander si le “chemin” de la richissime Église allemande — et plus généralement des pays où l’Église se plie aux injonctions les plus libérales, au mépris du petit reste d’une jeunesse fervente et fidèle — n’est pas simplement asservi à un agenda progressiste et soumis à des groupes de pression qui, sous prétexte de réformer l’Église, contribuent à accélérer son anémie spirituelle et la chute déjà spectaculaire de ses vocations. Il est salutaire de se demander s’ils n’égarent pas les âmes dans une extrême confusion doctrinale et morale à force de vouloir plaire à l’esprit du monde. “Si le sel vient à s’affadir, avec quoi le salera-t-on ? On le jette dehors et les gens le piétinent” (Mt 5, 13). 

Aimer le monde sans pactiser avec ses ombres

L’heure est à l’humble courage de chaque jour et à la surnaturelle espérance. Il restera toujours l’Esprit de Dieu, par qui nos péchés sont pardonnés. Il restera, après avoir rejeté le Rédempteur pour l’illusion d’un salut intramondain, après s’être voulu son propre créateur dans la démesure d’un orgueil qui récuse toute limite, à ne pas refuser la miséricorde infinie. À ne pas blasphémer contre l’Esprit Saint. Certains seront persécutés, du moins médiatiquement, pour leur fidélité à la foi qui nous vient des apôtres.

Dieu seul demeure au sein d’un monde qui change sans cesse, qu’il nous faut aimer et rejoindre sans pactiser avec ses ombres.

De courageux pasteurs et fidèles seront moqués et humiliés, y compris dans l’Église. C’est par leur persévérance qu’ils pourront témoigner de l’infinie bonté de Celui qui est “le chemin, la vérité et la vie” (Jn 14, 6). “À Dieu qui se révèle, dit la constitution de Vatican II Dei Verbum, est due “l’obéissance de la foi” (Rm 16, 26).” Le seul chemin synodal est le chemin du Christ et l’écoute attentive de sa Parole telle qu’elle nous est transmise et telle qu’elle rayonne au milieu des hommes. Dieu seul demeure au sein d’un monde qui change sans cesse, qu’il nous faut aimer et rejoindre sans pactiser avec ses ombres. Ce combat se joue dans les profondeurs de nos cœurs. Le Christ est avec nous pour toujours, l’Agneau immolé et le lion de Juda, la douceur humiliée et la force invincible. Lui seul demeure fidèle dans la bienveillance de son exigence infinie, qui nous veut “saints car il est saint” (Lv 11, 45). 

Tags:
ChrétiensdoctrineÉglise
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement