Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 19 juin |
Aleteia logo
Art & Voyages
separateurCreated with Sketch.

Des chefs-d’œuvre dans nos églises : le décor de la chapelle Notre-Dame de Jérusalem, par Jean Cocteau

COCTEAU-FREJUS-024_4451525-1

SPIEKERMEIER FRANCOISE / HEMIS.F / HEMIS.FR / HEMIS VIA AFP

Sophie Roubertie - publié le 05/05/23

Les églises recèlent des trésors. À Fréjus (Var), la chapelle Notre-Dame de Jérusalem peinte par Jean Cocteau a été oubliée pendant des décennies. Pour être aujourd’hui remise en valeur.

Il aura fallu du temps pour que Jean Cocteau accepte de peindre les décors de la chapelle Notre-Dame de Jérusalem. À la fin des années 1950, un important projet d’aménagement dans un quartier de Fréjus voit le jour, au lieu-dit de la Tour de la Mare. Il devait devenir une « cité idéale » destiné aux artistes, comprenant la construction d’une chapelle. Le promoteur immobilier de l’époque sollicite Jean Cocteau. Même le Vatican insiste. L’artiste finit par accepter. Aidé d’un architecte, il trace les plans d’une chapelle en grès vert, entourée d’une galerie ouverte. La forme octogonale évoque les baptistères paléochrétiens. Les maquettes des vitraux, l’ensemble de l’ornementation intérieure et extérieure du bâtiment sont de sa main. La première pierre est posée en février 1963, Cocteau est déjà fatigué, il meurt en octobre de la même année. Il n’aura pas le temps de voir sa dernière œuvre achevée.

Mais il laisse derrière lui 150 dessins et études sur lesquels pourront s’appuier les artistes qui lui succéderont. La réalisation du décor intérieur est alors confiée à Edouard Dermit, fils adoptif de Jean Cocteau. Il lui faudra un an de travail pour terminer l’ensemble des peintures, qui couvrent la totalité des murs. La chapelle tombe rapidement dans l’oubli. Ce n’est qu’en 1989, soit vingt-quatre ans après la fin des travaux, qu’elle sera consacrée. Les mosaïques de la galerie extérieure, prévues par l’académicien, seront réalisées en 1992.

Une chapelle dédiée à la Passion et aux chevaliers du Saint-Sépulcre

Cocteau choisit de dédier la chapelle aux chevaliers de l’ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, ordre à la fois militaire et religieux, fondé par Godefroy de Bouillon pour la défense des Lieux Saints et des chrétiens de Terre Sainte (la fondation de l’ordre date de 1099, après la réussite de la première croisade).

024_4451504-1

Les dessins s’articulent autour du thème de la Passion du Christ. Sur le panneau consacré à la dernière Cène, on reconnaît, entre autres, Jean Cocteau lui-même, Coco Chanel, Jean Marais et Max Jacob. Sur la coupole, une farandole de personnages illustre la résurrection des corps.

cocteau

Le décor est réalisé directement sur le mur de ciment, à l’aide de pastels gras, des crayons de couleur à l’huile, et de fusain. 

cocteau2

“Dieu le veult”, cri de ralliement des croisés dès la première croisade, et devise des chevaliers du Saint-Sépulcre, est inscrit sur le sol de céramique. En céramique aussi, la croix potencée des chevaliers, dont les cinq croix (une grande et quatre petites) représentent les cinq plaies du Christ en croix.

080_HL_EBERACASSAT_1756280

Les vitraux illustrent les croisades, et plus particulièrement l’ordre du Saint-Sépulcre. Des travaux, toujours en cours, doivent permettre de maintenir la lisibilité des peintures, le bâtiment, inscrit au titre des monuments historiques, nécessitant un entretien régulier.

Tags:
Art sacréArts
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnaire-NONPOP.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement