Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 18 juin |
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Les dix pays où la foi progresse malgré de terribles persécutions

Nigerian man prays, hands, rosary

Red Confidential | Shutterstock

Anne-Sophie Retailleau - publié le 11/11/23

L'ONG International Christian Concern (ICC) a publié son rapport annuel établissant la liste de dix pays où les chrétiens subissent de graves persécutions. Mais dans certains de ces pays, le christianisme est malgré tout en progression.

Un rapport pour “faire briller la lumière dans les ténèbres”. L’International Christian Center (ICC), une ONG œcuménique américaine, vient de publier sa liste annuelle des “pires persécuteurs” de chrétiens dans le monde. Dans de nombreux pays, l’actualité 2023 aura été marquée par des événements dramatiques de chrétiens brimés, emprisonnés, enlevés ou assassinés. L’ONG a épinglé dix de ces pays dans lesquels la foi chrétienne est sévèrement opprimée. Et pourtant, le rapport annonce une “lumière dans les ténèbres”: en dépit des persécutions, la foi chrétienne progresse dans certains de ces pays, comme la Chine, l’Iran, ou le Nigeria.

1
Nigeria

pogrzeb księdza w Nigerii
Des prêtres transportent les cercueils des prêtres tués par des bergers peuls, dans le district de Gwer, à l’est de l’État de Benue le 22 mai 2018.

En Afrique, le Nigeria est durement touché par l’un des plus graves fléaux que subissent quotidiennement les chrétiens: le fondamentalisme islamiste. Des bandes armées comme Boko Haram et des rebelles kidnappent et massacrent des centaines de chrétiens, hommes femmes et enfants, en particulier dans le nord du pays. Les religieux et prêtres risquent quotidiennement leur vie et sont particulièrement visés par les enlèvements et les meurtres. Le 7 septembre 2023, un séminariste est mort brûlé vif après l’attaque par des bergers peuls de la maison paroissiale où il vivait, dans l’État de Kaduna. En 17 ans, de 2006 à 2023, plus d’une cinquantaine de prêtres ont été enlevés, et 17 tués, a indiqué en septembre la conférence épiscopale nigériane.

2
Corée du Nord

Dans la dictature de Kim-Jong Un, la pratique de la religion chrétienne est interdite. Les chrétiens, qui selon le rapport, sont entre 200.000 et 400.000 sur 25,8 millions d’habitants, doivent se cacher pour vivre leur foi. En 2022, le régime a adossé à la loi “anti-réactionnaire” un amendement criminalisant la pratique de la religion chrétienne et la possession d’objets de dévotion. En mai 2023, un couple et leur enfant de 2 ans ont été condamnés à la prison à vie après qu’une Bible ait été retrouvée au domicile familial. L’ICC mentionne que les chrétiens sont régulièrement emprisonnés, torturés dans des camps de détention, voire exécutés.

3
Inde

En Inde, la communauté chrétienne compte environ 26 millions de personnes, soit 2,5% de la population indienne. Comme les musulmans, les chrétiens sont la cible de persécutions de la part des nationalistes hindous, actuellement au pouvoir. Ces dernières années, les révoltes anti-chrétiennes et les violences se sont multipliées. En 2023, la communauté chrétienne de l’État de Manipur, au nord-est de l’Inde, a été particulièrement éprouvée par des attaques de nationalistes hindous, qui ont causé la mort de plusieurs dizaines de chrétiens. En plus des violences physiques, les chrétiens peuvent être contraints à des conversion forcées, ou subir de fausses allégations de blasphème, sévèrement puni en Inde.

4
Iran

Le régime autoritaire de la république islamique d’Iran n’est pas connu pour sa bienveillance à l’égard des communautés chrétiennes. Dans ce pays à majorité chiite, les chrétiens sont entre 500.000 et 800.000, soit 1% de la population. Bon nombre d’entre eux chrétiens ont soutenu le mouvement de protestation contre le régime de Hassan Rohani après la mort de la jeune Mahsa Amini, en 2022.

En théorie, la pratique de la foi chrétienne n’est pas interdite. C’est toutefois une liberté de façade, comme le précisait dans un entretien à Aleteia en 2019, Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Oeuvre d’Orient. En Iran, un musulman encourt des sanctions pénales s’il entreprend une démarche de conversion vers le christianisme. De même, les mariages mixtes sont prohibés. Mais le rapport précise que l’Église en Iran est en forte progression.

5
Chine

MESSE-CHINE-GODONG-CN278233A
Temps de prière en l’église Saint-Joseph de Pékin.

En Chine, le régime communiste athée est hostile à la foi chrétienne. Ils sont pourtant 70 à 100 millions de chrétiens à vivre leur foi de façon plus ou moins clandestine. Le rapport de l’ICC indique même que le christianisme connaît un “progrès rapide”. La foi et le courage de ces convertis forcent l’admiration. Surveillance des églises par des caméras, arrestations, emprisonnement, censure… La dictature populaire contrôle et réprime ceux qui parlent ouvertement de leur foi chrétienne, même si un dialogue entre l’Église et le régime s’est progressivement mis en place ces dernières années.

6
Pakistan

Le Pakistan est l’un des États où la situation des chrétiens est la plus dramatique. Le fondamentalisme islamique y est profondément ancré dans les institutions et la société, et les chrétiens risquent leur vie pour suivre le Christ. La loi anti-blasphème, utilisée comme un outil d’oppression contre la communauté chrétienne, permet aux autorités d’arrêter, de condamner à mort et d’exécuter des croyants sur la base de simples allégations, souvent mensongères. Ils sont aussi souvent la cible de violences et de destructions par des foules d’émeutiers, comme à Faisabalad (dans l’est du pays) et à Jaranwala le 16 août 2023.

7
Erythrée

Selon le rapport de l’ICC, l’Érythrée remporte la palme de l’État le plus répressif d’Afrique, où les chrétiens sont parmi “les plus persécutés dans le monde”. On remarquera qu’ils sont majoritaires dans une population constituée de 63% de chrétiens et de 37% de musulmans. L’État, dont la Constitution reconnaît pourtant la liberté religieuse, prend depuis plusieurs années une tournure autoritaire. Les chrétiens sont fréquemment arrêtés par des raids organisées par les autorités qui voient certaines Églises non reconnues par l’État comme une menace. En avril 2023, une centaine d’étudiants chrétiens rassemblés pour prier et tourner des vidéos sur les réseaux sociaux ont été arrêtés et emprisonnés dans un centre réputé pour ses conditions de détention inhumaines.

8
Algérie

La répression des libertés religieuses en Algérie n’a pas beaucoup d’écho dans les médias et bénéficie peu de l’attention de l’opinion publique. Mais elle existe néanmoins, ce que rappelle avec force l’ICC en faisant le choix de l’intégrer dans son classement. Les chrétiens sont entre 20.000 et 200.000, parmi lesquels on compte seulement 5.000 catholiques.

L’Etat algérien possède une législation anti-blasphème, qui permet d’arrêter et de poursuivre un non-musulman accusé de prosélytisme. En 2019, les autorités ont décidé la fermeture des lieux de culte en raison de la crise du covid-19. Mais en 2021, lorsque les mosquées ont pu rouvrir, l’Etat a refusé de faire de même pour des églises, en particulier celles affiliées à l’Église protestante d’Algérie. La plupart sont toujours fermées à ce jour.

9
Indonésie

Les chrétiens en Indonésie représentent près de 10% de la population, dans un Etat composé à majorité de musulmans. Les tensions sont très fortes entre ces derniers et les communautés chrétiennes, qui subissent brimades et violences. Il existe aussi des lois anti-blasphème, et les autorités restreignent régulièrement l’accès aux lieus de culte des chrétiens. À Noël 2022, le gouvernement indonésien avait interdit à de nombreux chrétiens d’assister à la messe hors des lieux de culte, pourtant bien trop peu nombreux pour accueillir tous les fidèles.

10
Azerbaïdjan

Arméniens Haut Karabagh exil
Les habitants du Haut-Karabagh fuient l’enclave envahie par l’Azerbaïdjan, alors que les routes sont bloquées par les embouteillages, le 26 septembre 2023.

Jusqu’à la fin du mois de septembre 2023, quelque 120.000 chrétiens arméniens vivaient dans la république auto-proclamée du Haut-Karabagh. Reconnu par le droit international comme faisant partie du territoire azerbaïdjanais, ses habitants revendiquent depuis la fin de l’ère soviétique le droit de constituer leur propre Etat. Après une guerre sanglante entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie en 2020, l’étau s’est progressivement resserré autour des Arméniens du Haut-Karabagh. Le 19 septembre 20223, alors que la population était soumise à un blocus éprouvant depuis la fin de l’année 2022, l’Azerbaïdjan a finalement lancé l’offensive finale, qui a poussé l’intégralité des habitants de l’enclave à quitter leur terre natale: près de 120.000 personnes, en une semaine, ont quitter le Haut-Karabagh pour trouver refuge en Arménie. Le président Aliev, qui avait déjà promis au terme de la guerre de 2020 de “chasser [les Arméniens] comme des chiens” au terme de la guerre de 2020, est pointé du doigt par une partie de la communauté internationale pour avoir organisé l’épuration ethnique des Arméniens du Haut-Karabagh, et la destruction du patrimoine chrétien dans cette région.

Tags:
ConversionPersécutions
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-1.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement