Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 20 mai |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Audience générale : grippé, le pape François n’a pas pu lire son texte

Pope Francis audience - Course on the Internal Forum - Tribunal of the Apostolic Penitentiary - March 23 2023

Antoine Mekary | ALETEIA

I.Media - publié le 29/11/23

Grippé, le pape François n’a pas pu lire sa catéchèse ce mercredi 29 novembre lors de l’audience générale. Il a laissé un autre prêtre s’en occuper. Il a uniquement pris la parole pour renouveler son appel à la paix en Terre sainte.

Le carême touche à sa fin.
N’oubliez pas Aleteia dans votre offrande de Carême,
pour que puisse rayonner l’espérance chrétienne !
Soutenez Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Présent à l’audience générale ce mercredi 29 novembre, le pape François a confié être toujours affecté par “cette grippe” et a laissé un prélat lire sa catéchèse devant plusieurs milliers de personnes. La veille, le Vatican a annoncé l’annulation du voyage du pape à Dubaï pour la COP28. “Comme je ne me sens encore pas bien avec cette grippe et que la voix n’est pas bonne, ce sera Mgr Ciampanelli qui lira”, a confié le Pape au début de l’audience générale. Samedi 25 novembre, François avait ressenti un “léger état grippal” et s’était rendu à l’hôpital pour effectuer un contrôle des poumons.  

Présidant l’audience, le Pape n’a donc pas prononcé sa catéchèse, comme ce fut déjà le cas dimanche, à l’occasion de l’angélus dominical. Il n’a pas non plus pris la parole pour les traditionnels appels à l’issue de la catéchèse, mis à part celui concernant la paix en Terre sainte. En fin d’audience, comme cela arrive parfois, une troupe de cirque a fait son entrée dans la salle Paul VI. Le Pape est apparu tout sourire devant cette performance. “Le cirque exprime une dimension de l’âme humaine ; celle de la joie gratuite, la joie simple, faite avec la mystique du jeu”, a commenté François, d’une voix très fatiguée.

Ne pas réduire l’Église à “une secte”

Dans sa catéchèse, lue par un tiers, le pape François a commencé par décrire la “culture du progrès technico-individuel” qui caractérise les sociétés contemporaines. Cette culture conduit selon lui à affirmer une liberté sans limites et indifférente à “ceux qui restent en arrière”. “Nous nous trouvons dans la première civilisation de l’histoire qui tente globalement d’organiser une société humaine sans la présence de Dieu”, a jugé le Pape, qui a cependant invité les fidèles catholiques à ne pas fuir le monde. “Il est nécessaire de se tenir aux carrefours de l’aujourd’hui. Les quitter appauvrirait l’Évangile et réduirait l’Église à une secte”, a-t-il prévenu. 

Il ne s’agit pas non plus pour lui de “réaffirmer des convictions religieuses acquises, qui, même si elles sont vraies, deviennent abstraites avec le temps”. Et le Pape d’affirmer : “Une vérité ne devient pas plus crédible parce que l’on élève la voix en la disant, mais parce qu’elle est attestée par la vie”. 

Dix ans après la publication de l’encyclique Evangelii Gaudium, sorte de feuille de route du pontificat, le Pape a réaffirmé le besoin de regarder “notre époque et notre culture comme un don”. “Les évangéliser ne signifie pas les juger de loin, ni même se tenir sur un balcon en criant le nom de Jésus, mais descendre dans la rue, aller dans les lieux où les gens vivent, fréquenter les espaces où les gens souffrent, travaillant, étudient et réfléchissent”, a rappelé le Pape qui aura 87 ans le 17 décembre prochain.

Tags:
Audience généralePape FrançoisSanté
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement