Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 17 juin |
Aleteia logo
Art & Voyages
separateurCreated with Sketch.

À Paris, un terrible Massacre des Innocents

Le-massacre-des-innocents-sainte-Marguerite-Aleteia.jpg

SuperStock / Aurimages

Sophie Roubertie - publié le 27/12/23

À Paris, l’église Sainte-Marguerite, près de la place de la Bastille, n’est pas la plus connue des habitants. Elle abrite un Massacre des Innocents qui rappelle un triste épisode de l’histoire de son quartier.

Située à mi-chemin entre la place de la Nation et la place de la Bastille, l’église Sainte-Marguerite, construite à Paris au XVIIe siècle, n’est pas la plus connue des Parisiens. Elle a pourtant été marquée par l’histoire de France : son cimetière lui a valu d’être le lieu de l’inhumation de plus de trois cents victimes de la guillotine en 1794. Parmi ces innocents, le dauphin, fils de Louis XVI, plus connu sous le nom de Louis XVII, bien que son corps n’ait jamais été identifié avec certitude, et que son cœur présumé repose désormais dans la basilique des rois, à Saint-Denis. 

Est-ce en raison de ces tristes événements que ce tableau du “massacre des innocents” se retrouve dans cette église ? Pendant la période révolutionnaire, l’église Sainte-Marguerite est dépouillée de toutes ses œuvres d’art, pillées ou déplacées. Pendant la Restauration, d’autres tableaux sont disposés dans l’église, pour remplacer ceux disparus. Est-ce à ce moment que Le massacre des innocents est accroché sur les murs de Sainte-Marguerite ? La présence dans cette église du tableau de l’artiste napolitain Francesco Rosa (aussi répertorié sous le nom de Pacecco de Rosa) est mentionnée pour la première fois en 1857, mais il a pu être installé bien avant.

Le-massacre-des-innocents-sainte-Marguerite-Aleteia.jpg

Un épisode tragique

C’est une tragédie qui se déroule sous nos yeux : toute une foule d’hommes, de femmes et d’enfants se fondent sur un panneau sans décor. Agresseurs et victimes se mêlent dans une scène d’un grand réalisme, jouant sur l’accumulation des corps. Elle illustre l’épisode raconté dans l’évangile de Saint Matthieu (Mt 2, 16-18) : “Alors Hérode, voyant que les mages s’étaient moqués de lui, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants jusqu’à l’âge de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d’après la date qu’il s’était fait préciser par les mages. Alors fut accomplie la parole prononcée par le prophète Jérémie : un cri s’élève dans Rama, pleurs et longue plainte : c’est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas être consolée, car ils ne sont plus.”

Le musée des beaux-arts de Philadelphie, aux États-Unis, a acheté en 1973 une autre version de ce tableau, témoignant ainsi de l’importance de ce tableau dans l’histoire de l’art européen. L’église Sainte-Marguerite a certainement échappé à une autre tragédie. Lors de la Commune de Paris, l’église aurait en effet pu être détruite, car les communards avaient entreposé des barils de poudre dans les caves. L’incendie qui se déclara fut éteint à temps et ne toucha que le presbytère. 

Tags:
ArtsÉgliseMartyrsPeinture
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnaire-NONPOP-2.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement