Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 14 juin |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Portable, travail, regard des autres… Et vous, de quoi êtes-vous esclave ? 

shutterstock_1946343052.jpg

Prostock-studio |Shutterstock

Karen Hutch - publié le 20/01/24

Smartphone, regard des autres, travail… Se laisser submerger par leur pouvoir peut vous ôter votre liberté.

“L’esclavage appartient au passé”, pourrait-on penser. Pourtant, en ces temps où l’on croit vivre libre, beaucoup de situations et d’éléments du quotidien continuent à nous rendre esclaves. Cette oppression peut être due à des objets, des situations, des tendances, ou même des personnes. C’est un nouveau type d’ “esclavage moderne”. Voici les situations les plus courantes du quotidien qui peuvent vous empêcher de vivre pleinement.

1
LE téléphone

C’est le type d’esclavage moderne qui remporte la palme d’or. Aujourd’hui, une vie sans smartphone n’est pas envisageable. Le téléphone contient tout : ses contacts, ses comptes bancaires, ses informations personnelles, le GPS, l’horloge, l’agenda, les livres audios, le journal, les réseaux sociaux… Cela génère une dépendance totale à laquelle il est difficile de renoncer. Pour être libre, un temps de détox numérique est parfois important. Pourquoi ne pas profiter d’une retraite spirituelle ou d’une journée de vacances pour instaurer un jour sans portable ?

2
LE regard DES AUTRES

Le regard et le jugement des autres peuvent être source de dépendance. Il faut être la mère parfaite, qui ne laisse jamais pleurer ses enfants, qui a la maison toujours bien rangée et qui est toujours de bonne humeur. Il faut avoir tel travail, gagner tant, et acheter une maison assez spacieuse… Ce sont souvent les attentes des personnes de l’entourage qui l’emportent, et cela peut provoquer une telle pression qu’elle finit par ôter votre liberté et votre paix intérieure, en vous faisant oublier ce qui compte vraiment, c’est-à-dire plaire à Dieu. 

3
La MODE

Les nouvelles tendances peuvent aussi rendre dépendant, car chacun investit beaucoup pour rester à la page. Que ce soient des modes vestimentaires ou de nouvelles tendances en matière de décoration ou de gadgets, le danger est toujours de tomber dans l’excès. Cela peut se manifester par des achats compulsifs, par le désir d’avoir toujours plus, d’acheter toujours les dernières nouveautés… rendant esclave du matérialisme. 

4
L’EXCÈS DE TRAVAIL

Si le travail est bien évidemment utile, il est parfois possible de tomber dans l’excès aussi dans ce domaine. Cela arrive quand la recherche de la carrière à tout prix fait travailler plus que nécessaire, au détriment de son repos, de sa prière, voire de sa vie familiale. On peut finir par négliger son mariage, ses enfants et leur éducation, sa santé, et ce surmenage engendre parfois un stress chronique qui peut générer des maladies physiques. Comme le dit l’Ecclésiaste : “Toute la peine, tout le succès d’un travail, n’est que jalousie des uns envers les autres. C’est encore vanité et poursuite de vent” (Ec 4,4).  

Si vous êtes esclaves de l’un de ces éléments, il est important d’apprendre à mettre des limites. Il est bon d’exercer sa liberté et d’apprendre à renoncer au smartphone ou à l’excès de travail, de se détacher du regard des autres ou des nouvelles tendances, afin de rester maître de soi et de garder sa paix intérieure.

Tags:
AddictionsmartphoneTravail
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-POP.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement