Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 18 juin |
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Le conseil du Pape pour éloigner la tristesse

Manos-con-cara-triste-escondiendose-detras-de-cara-feliz

SewCreamStudio - Shutterstock

Anne-Laure Colin - avec I.Media - publié le 07/02/24

"Il y a quelque chose dans le passé de chacun qui a besoin d’être guéri", a déclaré le pape François lors de l’audience générale du 7 février 2024. Poursuivant son cycle d’enseignement sur les vices et les vertus, il a mis en garde les croyants contre la tristesse récurrente, la décrivant comme un « bonbon amer ».

Il y des jours où tout va de travers. Des jours où une profonde tristesse envahit le cœur. Si la tristesse est un sentiment humain et profondément légitime, elle peut dévier vers une “affliction constante qui empêche l’homme d’éprouver de la joie pour sa propre existence” . Dans la Salle Paul VI du Vatican, le pape François a poursuivi ce mercredi 7 février son cycle d’enseignements sur les vices et les vertus.

La tristesse c’est le “désir de posséder quelque chose que l’on ne peut pas obtenir, mais aussi quelque chose d’important, comme une perte affective”, a défini le pape François devant les pèlerins venus l’écouter. Le sentiment d’angoisse, la dépression ou le découragement qu’on éprouve alors sont communs, a-t-il reconnu, affirmant que “la vie nous fait concevoir des rêves qui se brisent ensuite”.

La tristesse n’est pas toujours un vice.

Il ne faut pas s’alarmer, “la tristesse n’est pas toujours un vice”, a-t-il reconnu. Il serait même “grave” de ne pas ressentir de tristesse . Cependant, a averti le Pape, même s’il y a une légitime tristesse, il y a un autre type de tristesse qui représente un “abaissement de l’âme” en ce qu’il la “plonge dans l’abattement”. Lorsque la tristesse est prolongée, elle se transforme en un “ver qui ronge et vide ceux qui l’accueillent”. Le pape François décrit la tristesse comme un “bonbon amer” et encourage à combattre “de toutes ses forces” ce type “d’affliction constante qui empêche l’homme d’éprouver de la joie pour sa propre existence”.

Par définition la tristesse est ce qui s’oppose à la joie. Mais où trouver une source de joie suffisante pour résoudre ce mal-être ? Pour vaincre la tristesse, le pape François encourage à conserver fermement en soi la pensée de la “joie de la résurrection”.

Sous les rayons joyeux de la Résurrection

Il y a toujours dans le cœur une petite voix trompeuse qui souffle que tout est foutu, qui pousse à l’abandon et à capituler. Face aux peines et à la tentation de capituler, il faut se réfugier sous les rayons lumineux de la Résurrection.

Le Seigneur offre aux fidèles un remède : celui d’avoir foi en Lui, celui de croire en ce qu’il est et ce qu’il a fait, même l’impossible. La Résurrection du Christ est la première de toutes les résurrections de notre vie. C’est de cet évènement unique et crucial que les croyants doivent puiser leur joie. Car si l’on cède dès que nous ressentons de la tristesse, nous n’arriverons jamais rien !

Revivez en images l’audience générale :

Tags:
joiePape Françoistristesse
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-1.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement