Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 21 mai |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Comment éveiller et développer l’empathie chez ses enfants ?

brother, sister, boy, girl, sad, comforts

fizkes I Shutterstock

Edifa - publié le 09/11/20 - mis à jour le 10/10/22

Le souci de l’autre est une qualité du cœur qui n’est pas donnée à la naissance, mais qui doit être éduquée et se transformer en actes concrets. Quelques clés pour la cultiver chez ses enfants.

Le carême touche à sa fin.
N’oubliez pas Aleteia dans votre offrande de Carême,
pour que puisse rayonner l’espérance chrétienne !
Soutenez Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

L’empathie est cette attitude de compréhension de ce que l’autre vit. C’est un cœur qui se réjouit du bien que vit l’autre, qui s’attriste avec celui qui pleure. Cette attitude de cœur est à l’inverse de ce que beaucoup de jeunes éprouvent : la défiance, l’indifférence, la jalousie. L’empathie est salvatrice et permet de reconnaître l’autre non pas comme un prédateur mais comme celui qui m’est donné pour prochain. Ce frère de qui tour à tour je me ferai proche et qui se fera proche. Le parent, tel un chef d’orchestre, va permettre à chacun de jouer sa partition, mais surtout au morceau tout entier d’être harmonieux.

Grandir en humanité

C’est aux parents de verbaliser en reconnaissant avec admiration, et non pas flatterie, les qualités multiples et variées de chacun. À eux aussi de savoir dire avec délicatesse les faiblesses, non pas pour s’appesantir, mais pour que chaque membre se sente en charge et donc responsable de la croissance de tous. “Je peux quelque chose pour toi comme tu peux quelque chose pour moi.”

L’harmonie sera vécue dans une famille quand le plus compétent se mettra au service de celui qui ne comprend pas.

Nous ne sommes plus indifférents, mis là par hasard, mais bien choisis par Dieu pour grandir ensemble en vérité. C’est aux parents d’éduquer le regard sur l’autre, de permettre à chacun d’être ce qu’il est, avec ses qualités et ses fragilités, et son handicap. L’harmonie sera vécue dans une famille quand le plus compétent se mettra au service de celui qui ne comprend pas. Cela demande d’avoir pris le temps de se tourner vers l’autre, de lui avoir posé des questions, de vivre ensemble et non pas à côté.

Aux parents encore revient de faire réaliser que la faiblesse manifestée chez l’un permet aux autres de grandir en humanité. C’est la dépendance et la simplicité du petit qui fait grandir le cœur des aînés, c’est la maladie grave de l’un qui ouvre le cœur de l’autre à la souffrance et développe l’attention. Sans cette expérience au sein de la famille, toute personne peut être saisie par ce désir de toute-puissance qui la pousse à molester l’autre, même une personne handicapée. Efforçons-nous de devenir “solidaires des plus fragiles !”

Inès de Franclieu

Tags:
ÉducationEnfants
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite