Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 21 septembre |
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Vendredi saint : d’où vient la tradition du bol de riz ?

bol de riz enfant

Shutterstock

Anna Ashkova - publié le 14/04/22

Comme le Mercredi des Cendres, le Vendredi saint est un jour de jeûne. À cette occasion, de nombreux catholiques se contentent d’un bol de riz. Mais d’où vient cette tradition ?

Chaque année, le jour du Vendredi saint, les catholiques commémorent la Passion et la mort du Christ sur la Croix. Tout comme le Mercredi des Cendres, qui marque l’entrée en Carême, le Vendredi saint est un jour d’abstinence et de jeûne (Can. 1251). C’est pourquoi de nombreux catholiques se privent d’un repas ou se nourrissent d’un repas frugal comme un morceau de pain, un fruit ou… un simple bol de riz. Mais d’où vient cette tradition du bol de riz que l’Église ne mentionne dans aucun de ses canons ?

Cette pratique s’est développée dans l’immédiat après-guerre en France à une époque où le riz devenait un produit de consommation courante à un prix très accessible. Elle bénéficie aujourd’hui d’une grande popularité, notamment dans les établissements de l’enseignement catholique qui proposent aux jeunes qui le souhaitent, demi-pensionnaires et externes, de partager un bol de riz à la cantine le Vendredi saint. Il n’est pas question de jeûne à proprement parlé, mais d’effort en signe de solidarité avec ceux qui souffrent ou qui ne mangent pas à leur faim.

Le riz étant d’un coût très modique, la différence entre le prix d’un repas et le coût de revient de ce bol est généralement reversée à une association caritative choisie par l’école. Cette opération est aussi proposée dans certaines paroisses. Mais cette « tradition » du bol de riz n’existe pas partout dans le monde. En Allemagne et en Espagne, par exemple, on prépare une soupe de Carême le Vendredi saint.

Tags:
JeûneSemaine sainteVendredi saint
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement