Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 19 mai |
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Destinée à être “ménagère”, elle devient religieuse !

Marie-Helene_Cardet

Capture d'écran Twitter / INA

Cécile Séveirac - publié le 03/11/22

En 1963, Marie-Hélène Cardet était sacrée "meilleure ménagère" à l’âge de 17 ans. L’INA l’a retrouvée 60 ans après et la petite fermière normande au visage joufflu est devenue religieuse.

Le carême touche à sa fin.
N’oubliez pas Aleteia dans votre offrande de Carême,
pour que puisse rayonner l’espérance chrétienne !
Soutenez Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Cette frimousse ne vous est peut-être pas inconnue. Elle était apparue sur les écrans des Français, avec ses joues que l’on devinait un peu rouges malgré le noir et blanc de la télévision et sa coiffe traditionnelle fièrement portée, clamant haut et fort son appartenance à la terre normande. Elle est d’une génération qui savait traire les vaches à la main et faire du beurre avec le lait… Elle, c’est Marie-Hélène Cardet, sacrée “meilleure ménagère 1963”. À la question du journaliste “Mais dites-donc, vous êtes bientôt prête à avoir un mari ?”, elle avait répondu alors avec bonhomie : “Oh non, pas encore !”

Un fiancé s’est bien présenté à Marie-Hélène, et pas n’importe lequel. L’INA a retrouvé la jeune fille, désormais âgée de 76 ans mais qui n’a pas perdu son sourire et qui est devenue… religieuse. Marie-Hélène a en effet décidé d’entrer au couvent, enseignant ensuite auprès des enfants ayant des difficultés scolaires. Elle appartient à la congrégation des sœurs de Sainte Marie-Madeleine Postel. Partie en mission au Congo pendant 12 ans, elle tâche de donner des conditions de vie décentes aux enfants atteints de poliomyélite, et de leur apprendre également à lire et écrire. Après son retour en France, elle reprend racine à Barfleur, dans sa Normandie natale, où elle partage ses activités entre la paroisse et sa fonction d’aumônier à la prison de Cherbourg.

Sœur Marie-Hélène consacre désormais son temps à l’accompagnement spirituel des familles de forains et des gens du voyage, pour lesquels elle fait la catéchèse, aide à préparer les messes… Une vie riche, selon la religieuse, qui conclut face à une vue somptueuse offerte par les criques normandes : “Je pense que j’étais heureuse en 1963, même s’il y avait des moments difficiles… Et puis, je pense avoir été heureuse toute ma vie.”

Tags:
couventnormandieReligieux
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
FR_Donation_banner.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement