Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 18 juin |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

En Cisjordanie et à Jérusalem, les chrétiens à l’épreuve du chômage et de la discrimination

CISJORDANIE-JERUSALEM-CHRETIENS-ACN

ACN

Quartier chrétien de Jérusalem.

Maria Lozano - publié le 26/02/24

Alors que la guerre entre Israël et le Hamas se poursuit, les chrétiens résidant en Cisjordanie et à Jérusalem font face à une hausse du chômage et des discriminations.

Quel avenir pour les chrétiens de Cisjordanie et de Jérusalem ? Tandis que la guerre entre Israël et le Hamas se poursuit dans la bande de Gaza, l’avenir des chrétiens en Terre sainte s’écrit dans l’incertitude et l’angoisse. Avec un taux de chômage de 72%, un record sans précédent dans l’histoire de la Terre sainte, la région connaît une crise économique généralisée, laissant de nombreuses familles dans une lutte pour leur survie après avoir perdu leurs sources de revenus en raison des licenciements massifs, de la paralysie totale du secteur du tourisme et des sévères restrictions à la liberté de mouvement dans le pays.

La décision des autorités israéliennes de remplacer les Palestiniens sur le marché du travail constitue un problème à long terme. On s’attend à ce que plus de 80.000 travailleurs indiens arrivent dans le pays pour reprendre des emplois autrefois occupés par des Palestiniens ; cette information, qui a circulé dans les médias israéliens, ont confirmé plusieurs sources locales auprès de la fondation internationale Aid to the Church in Need (ACN). Cela peut être compris en partie comme des représailles aux attaques d’octobre dernier, visant à isoler et à marginaliser les Palestiniens, qu’ils soient chrétiens ou musulmans. “Malheureusement, la relation de confiance entre Israël et les Palestiniens s’est brisée et il est peu probable qu’elle soit restaurée au cours des prochaines décennies”, a ainsi assuré une source locale, qui préfère garder l’anonymat pour des raisons de sécurité. “Cela va grandement affecter la communauté chrétienne de Terre sainte.” 

Porter une croix peut vous attirer des ennuis, et il faut parfois cacher son identité dans son propre pays si l’on ne veut pas être confronté à des problèmes

Mais la situation économique n’est pas le seul défi dans la vie quotidienne des chrétiens qui subissent de plus en plus de menaces lorsqu’il s’agit de montrer leur identité chrétienne en public. “Porter une croix peut vous attirer des ennuis, et il faut parfois cacher son identité dans son propre pays si l’on ne veut pas être confronté à des problèmes”, confirme cette même source, faisant référence aux juifs ultra-orthodoxes et aux musulmans extrémistes présents dans diverses parties de la région. “La présence dans la région de deux groupes de plus en plus fanatiques aggrave encore notre situation. Nous, les chrétiens, sommes entre deux fronts, dans une position particulièrement vulnérable.” À Jérusalem, il y a eu des cas répétés d’agressions verbales à l’encontre de prêtres, de religieux ou de pèlerins chrétiens, comme le cas de jeunes qui ont craché sur Nikodemus Schnabel, prêtre bénédictin allemand et administrateur de l’abbaye de la Dormition de Jérusalem, début février.

En coopération avec le Patriarcat latin de Jérusalem, ACN a mis en place des programmes de réinsertion professionnelle, de stages et de formation professionnelle pour aider les personnes au chômage, principalement les jeunes et les travailleurs issus de familles vulnérables. Au total, 62 personnes ont déjà bénéficié de la première phase de ce programme. Cependant, plus de 700 attendent toujours de participer à des programmes similaires. Une aide médicale et humanitaire d’urgence a également été fournie aux familles directement touchées par la crise économique en Cisjordanie et à Jérusalem. Jusqu’à présent, 862 familles ont bénéficié de l’aide de la fondation, soit un total de 3.448 personnes en Cisjordanie et à Jérusalem. Parmi eux, 602 ont reçu des bons alimentaires et 122 ont reçu une aide sanitaire, soit pour l’achat de médicaments, soit pour un traitement médical. Dans 128 autres cas, des familles chrétiennes ont reçu une aide pour régler des factures en souffrance afin de ne pas être privées de services vitaux. Le projet a également bénéficié à des familles de travailleurs migrants en situation de grande vulnérabilité.

Des épreuves quotidiennes

Yousef, un homme de 65 ans qui vit à Ramallah, est l’un des bénéficiaires. Il a perdu son emploi d’ouvrier en Israël. Sa femme travaille comme femme de ménage, mais gagne à peine assez pour subvenir aux besoins de Yousef et de leurs trois enfants qui poursuivent tous des études supérieures. Majdi en est un autre exemple. Cet habitant de Bethléem a 60 ans et a perdu son emploi dans le secteur du tourisme à cause de la guerre. Ses deux filles ont également des difficultés, l’une est diabétique et l’autre est en difficulté financière depuis que son mari a perdu son emploi. 

Michelin a 52 ans. Elle est séparée et vit avec ses trois enfants dans un petit appartement à Jérusalem, qui appartient à la Custodie de Terre sainte. À cause de la guerre, elle a perdu son emploi dans un jardin d’enfants. L’une de ses filles a également perdu son emploi à temps partiel dans un hôtel à cause de la guerre. Son fils est le seul soutien de la famille, mais il gagne peu en tant qu’ouvrier dans un hôtel local. La famille a reçu des fonds pour payer ses factures, ainsi que des bons alimentaires, mais sa situation reste très difficile.

Un dernier exemple avec celui de Suleiman, père de trois enfants, qui bénéficie de bons alimentaires et d’une aide pour payer ses factures de services publics. Lui et deux de ses enfants travaillaient comme agents de sécurité dans un hôtel de luxe à Jérusalem. Malheureusement, Suleiman et ses deux fils ont été licenciés en représailles aux attentats du 7 octobre. Depuis lors, ils font face à d’importantes difficultés et se battent pour avoir de quoi manger. 

Tags:
Bien communGuerreTerre sainte
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-1.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement