Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 14 juin |
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Suivre le Christ pour le Carême 2024: #7 Jésus nous sauve par sa Passion

suivre le christ

Aleteia

La rédaction d'Aleteia - publié le 24/03/24

Tout au long du carême, Aleteia propose un parcours spirituel pour se mettre à la suite du Christ. Des vidéos, des méditations, des prières et des défis à mettre en œuvre, de manière hebdomadaire.

Ce parcours invite à se mettre à l’écoute et à l’école du Christ pendant le carême. Un parcours spirituel porté par Magnificat, Mame, Famille chrétienne et Aleteia, à retrouver sur le site Formation catholique, avec des vidéos issues du Mooc Connaître Jésus et du Mooc des catéchistes. Chaque semaine, retrouvez une vidéo, un texte d’un grand auteur chrétien ou extrait du Catéchisme de l’Eglise catholique, une prière et trois pistes pour méditer.

video
il nous sauve par sa passion

Jésus s’est fait homme pour nous sauver. Dieu est amour et la logique de cet amour est de se répandre. “La part de l’homme est de consentir librement au dessein d’amour de Dieu pour lui”, affirme Agnès de Lamarzelle.

méditation
L’accès à Dieu est libre

À la fin de la Passion, à la mort de Jésus, le voile du Temple se déchire en deux. […] Par ce fait deux choses sont suggérées : d’une part, il devient évident que l’époque du Temple ancien et de ses sacrifices est terminée ; à la place des symboles et des rites qui renvoyaient à l’avenir, voici que se rend présente la réalité elle-même, Jésus le Crucifié qui nous réconcilie tous avec le Père. Mais, en même temps, ce déchirement du voile du Temple signifie que désormais l’accès à Dieu est ouvert. Jusqu’à ce moment là le Visage de Dieu avait été voilé. À travers des signes et une fois par an seulement, le grand prêtre pouvait paraître devant lui. Maintenant, Dieu lui-même a enlevé le voile, dans le Crucifié voici qu’il se manifeste comme Celui qui aime jusqu’à la mort. L’accès à Dieu est libre.

Benoît XVI, Jésus.

prière
mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? *
Le salut est loin de moi,
loin des mots que je rugis.

Mon Dieu, j’appelle tout le jour,
et tu ne réponds pas ; *
même la nuit,
je n’ai pas de repos.

Toi, pourtant, tu es saint,
toi qui habites les hymnes d’Israël !
C’est en toi que nos pères espéraient,
ils espéraient et tu les délivrais.
Quand ils criaient vers toi, ils échappaient ;
en toi ils espéraient et n’étaient pas déçus.

Et moi, je suis un ver, pas un homme,
raillé par les gens, rejeté par le peuple.
Tous ceux qui me voient me bafouent,
ils ricanent et hochent la tête :
« Il comptait sur le Seigneur : qu’il le délivre !
Qu’il le sauve, puisqu’il est son ami ! »

C’est toi qui m’as tiré du ventre de ma mère,
qui m’a mis en sûreté entre ses bras.
À toi je fus confié dès ma naissance ;
dès le ventre de ma mère, tu es mon Dieu.

Ne sois pas loin : l’angoisse est proche,
je n’ai personne pour m’aider.
Des fauves nombreux me cernent,
des taureaux de Basan m’encerclent.
Des lions qui déchirent et rugissent
ouvrent leur gueule contre moi.

Je suis comme l’eau qui se répand,
tous mes membres se disloquent.
Mon cœur est comme la cire,
il fond au milieu de mes entrailles.
Ma vigueur a séché comme l’argile,
ma langue colle à mon palais.

Tu me mènes à la poussière de la mort. +

Oui, des chiens me cernent,
une bande de vauriens m’entoure.
Ils me percent les mains et les pieds ;
je peux compter tous mes os.

Ces gens me voient, ils me regardent. +
Ils partagent entre eux mes habits
et tirent au sort mon vêtement.

Mais toi, Seigneur, ne sois pas loin :
ô ma force, viens vite à mon aide !
Préserve ma vie de l’épée,
arrache-moi aux griffes du chien ;
sauve-moi de la gueule du lion
et de la corne des buffles.

Tu m’as répondu ! +
Et je proclame ton nom devant mes frères,
je te loue en pleine assemblée.

Vous qui le craignez, louez le Seigneur, +
glorifiez-le, vous tous, descendants de Jacob,
vous tous, redoutez-le, descendants d’Israël.

Car il n’a pas rejeté,
il n’a pas réprouvé le malheureux dans sa misère ;
il ne s’est pas voilé la face devant lui,
mais il entend sa plainte.

Tu seras ma louange dans la grande assemblée ;
devant ceux qui te craignent, je tiendrai mes promesses.
Les pauvres mangeront : ils seront rassasiés ;
ils loueront le Seigneur, ceux qui le cherchent :
« A vous, toujours, la vie et la joie ! »

La terre entière se souviendra et reviendra vers le Seigneur,
chaque famille de nations se prosternera devant lui :
« Oui, au Seigneur la royauté,
le pouvoir sur les nations ! »

Tous ceux qui festoyaient s’inclinent ;
promis à la mort, ils plient en sa présence.

Et moi, je vis pour lui : ma descendance le servira ;
on annoncera le Seigneur aux générations à venir.
On proclamera sa justice au peuple qui va naître :
Voilà son œuvre !

Psaume 21

trois questions pour avancer

1/ Cette semaine, qu’est-ce que je peux changer pour rester avec le Christ ?

2/ Quelles sont les décisions concrètes que je prends pour vivre les trois jours saints le plus pleinement possible ?

3/ Qu’est-ce que je veux garder de ce carême pour rester plus proche du Christ : parole, prière, actions ?

Pratique

Pour se former et trouver différents parcours spirituels, il suffit de s’inscrire gratuitement sur formation-catholique.

Tags:
CarêmemoocPassion du christ
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-POP.gif
Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement